La Favorite

La Favorite

Die Favoritin
Oper in vier Akten

Libretto

Eugène Scribe (nach Alfonse Royer und Gustave Vaëz)

Uraufführung

2. Dezember 1840, Paris (Opéra)

Besetzung

ALFONSO XI, König von Kastilien (Bariton)
LEONORA DI GUSMAN, seine Favoritin (Mezzosopran)
INES, Ihre Vertraute (Sopran)
BALDASSARE, Prior des Klosters San Giacomo (Bass)
FERNANDO, ein Novize des Klosters (Tenor)
DON GASPARO, königlicher Offizier (Tenor)

Höflinge und Hofdamen, Pagen, Offiziere,
Wachen, Soldaten, Mönche und Pilger

Ort

Spanien, im Kloster San Giacomo und in Sevilla

Zeit

1340

Donizetti, Gaetano

Donizetti, (Domenico) Gaetano (Maria)
29.11.1797 Bergamo - 8.4.1848 Bergamo


Bühnenwerke
mit Datum/Ort der Uraufführung:

Il Pigmalione (1816; 13.10.1960 Bergamo)
Enrico di Borgogna (14.11.1818 Venezia)
Una follia (17.12.1818 Venezia)
Le nozze in villa (1821? Mantova)
Il falegname di Livonia, ossia Pietro il grande (26.12.1819 Venezia)
Zoraïda di Granata (28.1.1822 Roma)
La zingara (12.5.1822 Napoli)
La lettera anonima (29.6.1822 Napoli)
Chiara e Serafina, ossia I pirati (26.10.1822 Milano)
Alfredo il grande (2.7.1823 Napoli)
Il fortunato inganno (3.9.1823 Napoli)
Zoraïda di Granata [rev] (7.1.1824 Roma)
L'ajo nell'imbarazzo (4.2.1824 Roma)
Emilia di Liverpool [L'eremitaggio di Liverpool] (28.7.1824 Napoli)
Alahor in Granata (7.1.1826 Palermo)
Don Gregorio [rev L'ajo nell'imbarazzo] (11.6.1826 Napoli)
Elvida (6.7.1826 Napoli)
Gabriella di Vergy [Gabriella] (1826; 29.11.1869 Napoli)
Olivo e Pasquale (7.1.1827 Roma)
Olivo e Pasquale [rev] (1.9.1827 Napoli)
Otto mesi in due ore [Gli esiliati in Siberia] (13.5.1827 Napoli)
Il borgomastro di Saardam (19.8.1827 Napoli)
Le convenienze teatrali (21.11.1827 Napoli)
L'esule di Roma, ossia Il proscritto (1.1.1828 Napoli)
Emilia di Liverpool [rev] (8.3.1828 Napoli)
Alina, regina di Golconda (12.5.1828 Genova)
Gianni di Calais (2.8.1828 Napoli)
Il paria (12.1.1829 Napoli)
Il giovedi grasso [Il nuovo Pourceaugnac] (26.2.1829? Napoli)
Il castello di Kenilworth (6.7.1829 Napoli)
Alina, regina di Golconda [rev] (10.10.1829 Roma)
I pazzi per progetto (6.2.1830 Napoli)
Il diluvio universale (28.2.1830 Napoli)
Imelda de' Lambertazzi (5.9.1830 Napoli)
Anna Bolena (26.12.1830 Milano)
Le convenienze ed inconvenienze teatrali [rev Le convenienze teatrali] (20.4.1831 Milano)
Gianni di Parigi (1831; 10.9.1839 Milano)
Francesca di Foix (30.5.1831 Napoli)
La romanziera e l'uomo nero (18.6.1831 Napoli)
Fausta (12.1.1832 Napoli)
Ugo, conte di Parigi (13.3.1832 Milano)
L'elisir d'amore (12.5.1832 Milano)
Sancia di Castiglia (4.11.1832 Napoli)
Il furioso all'isola di San Domingo (2.1.1833 Roma)
Otto mesi in due ore [rev] (1833 Livorno)
Parisina (17.3.1833 Firenze)
Torquato Tasso (9.9.1833 Roma)
Lucrezia Borgia (26.12.1833 Milano)
Il diluvio universale [rev] (17.1.1834 Genova)
Rosmonda d'Inghilterra (27.2.1834 Firenze)
Maria Stuarda [rev] [Buondelmonte] (18.10.1834 Napoli)
Gemma di Vergy (26.12.1834 Milano)
Maria Stuarda (30.12.1835 Milano)
Marin Faliero (12.3.1835 Paris)
Lucia di Lammermoor (26.9.1835 Napoli)
Belisario (4.2.1836 Venezia)
Il campanello di notte (1.6.1836 Napoli)
Betly, o La capanna svizzera (21.8.1836 Napoli)
L'assedio di Calais (19.11.1836 Napoli)
Pia de' Tolomei (18.2.1837 Venezia)
Pia de' Tolomei [rev] (31.7.1837, Sinigaglia)
Betly [rev] (?29.9.1837 Napoli)
Roberto Devereux (28.10.1837 Napoli)
Maria de Rudenz (30.1.1838 Venezia)
Gabriella di Vergy [rev] (1838; 8.1978 London*)
Poliuto (1838; 30.11.1848 Napoli)
Pia de' Tolomei [rev 2] (30.9.1838 Napoli)
Lucie de Lammermoor [rev Lucia di Lammermoor] (6.8.1839 Paris)
Le Duc d'Albe [Il duca d'Alba] (1839; 22.3.1882 Roma)
Lucrezia Borgia [rev] (11.1.1840 Milano)
Poliuto [rev] [Les Martyrs] (10.4.1840 Paris)
La Fille du régiment (11.2.1840 Paris)
L'Ange de Nisida (1839; ?)
Lucrezia Borgia [rev 2] (31.10.1840 Paris)
La Favorite [rev L'Ange de Nisida] (2.12.1840 Paris)
Adelia (11.2.1841 Roma)
Rita, ou Le Mari battu [Deux hommes et une femme] (1841; 7.5.1860 Paris)
Maria Padilla (26.12.1841 Milano)
Linda di Chamounix (19.5.1842 Wien)
Linda di Chamounix [rev] (17.11.1842 Paris)
Caterina Cornaro (18.1.1844 Napoli)
Don Pasquale (3.1.1843 Paris)
Maria di Rohan (5.6.1843 Wien)
Dom Sébastien (13.11.1843 Paris)
Dom Sébastien [rev] (6.2.1845 Wien)
rev = Bearbeitung / * = konzertant



ERSTER AKT
Der Novize Fernando gesteht seinem väterlichen Freund Baldassare, dass er nicht mehr im Kloster bleiben will, weil er sich in eine schöne unbekannte Dame verliebt hat. Vergebens versucht Baldassare, ihn zurückzuhalten, indem er auf die Macht der Kirche hinweist und vor der Strafe des Himmels warnt. Er muss den jungen Mann, den er schon als Nachfolger sah, ziehen lassen.
Fernando wird mit verbundenen Augen zu der Löweninsel gebracht, wo seine schöne unbekannte Geliebte mit ihrer Freundin Ines und einer grossen Dienerinnenschar lebt. Vergeblich versucht der junge Mann von Ines zu erfahren, wer seine Geliebte ist. Ines und auch Leonore, die kurz darauf kommt, schweigen. Fernando muss annehmen, dass die schöne Dame der Krone nahe steht, weil er ein vom König unterschriebenes Offizierspatent erhält. Leonora schreckt vor der neuen Verbindung zurück, obwohl auch sie Fernando liebt. Sie fordert ihn auf, zu gehen. Fernando aber schwört ewige Liebe und eilt beglückt davon, um seiner Geliebten im Kampf gegen die Mauren Ehre zu machen.

ZWEITER AKT
Die Truppen des Königs haben in der grossen Schlacht bei Tarifa die maurischen Fürsten von Granada und von Marokko vernichtend geschlagen, woran der junge Hauptmann Fernando entscheidenden Anteil hatte. Der junge Held soll an diesem Tag in Sevilla für seine mutigen Taten belohnt werden. Doch hat der König, der sich mit Gasparo über Fernando unterhält, grosse Sorgen: Er liebt Leonora, seine Favoritin, über alles und will sie statt seiner Gemahlin zur Königin erheben, doch ein Legat des Papstes ist eingetroffen, der dagegen Einspruch erheben wird. Don Gasparo verrät dem König, dass Leonore ihm untreu sei, doch der König will dies nicht glauben. Er ist betroffen, als seine Favoritin zugibt, einen anderen zu lieben, dessen Namen sie nicht nennen will. Unerwartet dringt Baldassare, der Abgesandte des Papstes, mit seinen Mönchen in den Saal und droht dem König mit dem Kirchenbann, wenn er seine Geliebte nicht verlasse.

DRITTER AKT
Fernando wird zum König befohlen, der Leonora noch einmal sprechen und ihre Vertraute Ines, die er für mitschuldig hält, ins Gefängnis werfen lassen will. Fernando erbittet zu Alfonsos Überraschung Leonoras Hand, die ihm Alfonso zusagt und die Hochzeit in einer Stunde festsetzt. Leonora bemerkt, dass Fernando keine Ahnung hat, wer sie ist, und beauftragt Ines, ihm die Wahrheit zu sagen. Doch diese wird, ehe sie diesen Auftrag ausführen kann, von Gasparo verhaftet. Der König ernennt Fernando zum Grafen Zamora und Marques von Montreal und führt ihn mit einem Teil seines Hofstaats zur Kapelle. Als Fernando von der Trauung zurückkehrt, machen ihn die neidischen Höflinge, die glauben, dass Alfonso durch diese überstürzte Hochzeit Frieden mit der Kirche machen wollte, darauf aufmerksam, dass er die Favoritin des Königs geheiratet hat. Vom Spott des Hofstaats betroffen, gibt Fernando dem König alle Ehren und Titel zurück, zerbricht sein Schwert und verlässt den Hof.

VIERTER AKT
Fernando ist in sein Kloster zurückgekehrt und von Baldassare wieder aufgenommen worden. In einer Stunde soll er die Gelübde ablegen und der Welt entsagen: Vorher denkt er noch einmal mit Wehmut und Bitterkeit an seine Frau, die ihn, wie er meint, betrogen hat. Während er sich in die Kapelle begibt, wankt Leonora, die Fernando überall gesucht hat und zu Tode erschöpft ist, herbei. Sie hört die Klänge, die ihren Gatten zum Mönch weihen. Fernando tritt aus dem Kloster, erkennt seine Geliebte und klagt sie bitter ihrer Vergehen an. Leonora aber klärt ihn über die verhängnisvollen Zusammenhänge auf und erbittet seine Verzeihung. Noch einmal erwacht ihre Liebe. Sie wollen fliehen, ein neues Leben beginnen, doch es ist zu spät: Leonora stirbt in den Armen des verzweifelten Fernando, nachdem sie ihn für seine Liebe gesegnet hat.


ATTO PRIMO
Nel regno di Castiglia, 1340. La sinfonia si apre con una breve introduzione per soli archi, che entrano a voci indipendenti, dai bassi ai violini, imitandosi in contrappunto; l’effetto austero e meditativo preannuncia il preludio dell’ Aida . Il tema misterioso è poi svolto e amplificato dall’orchestra piena: fin qui, atmosfera religiosa e severa. Il primo tema, nervoso e agitato, ha una funzione narrativa simile, all’interno della sinfonia, a quello che sarà il primo tema nella sinfonia della Forza del destino ; è ripreso in fugato con vari impasti strumentali e si oppone a un secondo tema, una grande frase ascendente e discendente, cantabile, amplificata a piena orchestra nel finale del brano. Nel convento di San Giacomo di Compostela, i religiosi attraversano la scena. Il loro coro è uno dei più semplici (una frase ascendente e poi discendente, un’apertura in crescendo seguita da un lento diminuendo, come in un unico respiro) ma nello stesso tempo dei più raffinati cori di introduzione donizettiani, denso di piccoli gesti strumentali in semplicissimo contrappunto al canto. Il padre superiore Balthazar sta per seguire i monaci ma scorge Fernand, il novizio destinato a succedergli, assorto nei suoi pensieri e gliene domanda la ragione. Fernand gli confessa di essere in preda a un amore terreno, per una donna di cui non conosce il nome né la condizione (“Un ange, une femme inconnue”/ “Una vergine, un angiol di Dio” nella versione italiana). Fernand intende abbandonare il convento, nonostante il suo padre spirituale gli ricordi le insidie della vita mondana. Sulla spiaggia dell’isola di Léon, Inez e altre fanciulle attendono il battello che conduce Fernand dalla dama sconosciuta (“Rayons dorés, tiède zéphyre”/“Bei raggi lucenti”): all’atmosfera solenne e raccolta del quadro del convento, si contrappongono la leggerezza del canto femminile di Inez e del coro, e un’orchestrazione aerea, vaporosa, in punta di piedi come nelle musiche di balletto. Fernand invano chiede a Léonor di rivelargli il nome e il segreto che la circonda; la donna gli confessa di amarlo ma di non poter diventare sua sposa. Inez annuncia l’arrivo del re: Fernand deve partire immediatamente; per ricompensarlo del suo amore, Léonor gli consegna una lettera di raccomandazione, con la quale egli potrà fare una brillante carriera militare. Ingenuo e idealista, Fernand crede che Léonor sia una dama di alto rango e che il re Alphonse XI, benché sposato, sia un pretendente alla sua mano.

ATTO SECONDO
Alphonse si aggira, innamorato e sognante, nei giardini d’Alcazar e commenta con Don Gaspar la vittoria sugli infedeli: nella battaglia si è distinto il giovane Fernand, che il sovrano vuole premiare. Nonostante sia in attesa di un messaggero del papa, Alphonse intende prima ricevere la sua amante Léonor, con la quale ha da tempo una relazione avversata dalla corte e dalla curia romana (“Léonor, viens, j’abandonne”/“Vien, Leonora, a’ piedi tuoi”). Léonor si ribella al re, delusa e stanca della sua condizione di amante. Quando il re le promette di ripudiare la regina, senza ascoltare le proteste del papa, Léonor lo mette in guardia dal compiere azioni sconsiderate. Durante la festa che Alphonse ha organizzato per Léonor, il re intercetta un biglietto che Fernand ha scritto alla donna, la quale confessa così il suo nuovo amore per un giovane, senza rivelarne il nome. Irrompe Balthazar, messo del papa, a guastare la festa: minaccia l’anatema sul sovrano, reo di adulterio, maledice la donna dello scandalo, poi mostra una bolla papale contenente la scomunica per Alphonse.

ATTO TERZO
Fernand dichiara al re il suo amore per Léonor; con freddo calcolo, Alphonse decide all’istante di far sposare i due, per vendicarsi del tradimento di Léonor e per rappacificarsi con la Chiesa. L’aria di Alphonse (“Pour tant d’amour ne soyez pas ingrate”/“A tanto amor, Leonora, il tuo risponda”) è un esempio di come la musica e il canto possano avere due significati, uno esplicito e letterale, l’altro nascosto e sottilmente ironico. Léonor rimane interdetta, ma risolve di confessare subito a Fernand il suo passato, rinunciando alla felicità (“O mon Fernand, tous les biens de la terre”/“Oh, mio Fernando, della terra il trono”): per questo manda Inez in cerca del giovane. Don Gaspar fa arrestare Inez, il re nomina Fernand marchese, gli conferisce un ordine cavalleresco e il matrimonio viene celebrato. Fernand è felice, ma viene subito deriso dai cortigiani, che rifiutano di stringergli la mano. All’arrivo di Balthazar, il giovane capisce la verità: ha sposato «la maîtresse du roi». Indignato contro Alphonse e Léonor, Fernand getta a terra l’insegna cavalleresca, spezza la spada ai piedi del re (in preda al rimorso) ed esce seguito da Balthazar. Il declamato fiero e disperato di Fernand, nel tempo di mezzo inserito fra il tempo lento e la stretta del finale, ha la stessa funzione della maledizione di Edgardo nel finale secondo di Lucia di Lammermoor , e svela un altro aspetto del carattere del giovane, fino a quel momento sognante e idealista tenore romantico; grazie al primo interprete, Gilbert Duprez, questo divenne uno dei momenti più celebri dell’opera.

ATTO QUARTO
Nel convento di San Giacomo. I monaci stanno scavando le loro tombe, e Balthazar esorta i pellegrini a pregare. Fernand è in procinto di prendere i voti, ma il suo pensiero è sempre rivolto alla «maîtresse du roi» (“Ange si pur, que dans un songe”/“Spirto gentil ne’ sogni miei”). Léonor si avanza, sotto gli abiti di un novizio: spossata dal dolore, in fin di vita, intende chiedere perdono a Fernand, del quale ascolta la voce nella preghiera proveniente dalla cappella: si sta svolgendo la cerimonia di vestizione del giovane. Egli esce, riconosce Léonor ed è sconvolto. Léonor si dichiara innocente e implora il perdono dell’amato, che, riconquistato dalla passione, le propone di fuggire insieme. Ma Léonor muore, benedicendo Fernand.


ACTE PREMIER

L'extrémité d'une des galeries latérales entourant le couvent de Saint-Jacques de Compostelle.
A droite on aperçoit, à travers la colonnade de la galerie, les arbres et les tombes du cloître.



SCÈNE PREMIÈRE
Les Religieux traversent la galerie pour se rendre dans la chapelle;
Fernand, sous la robe de novice, et Balthazar, le supérieur, paraissent les derniers.

CHOEUR DES RELIGIEUX
Pieux monastère,
de ton sanctuaire
que notre prière
monte vers les cieux!
Dans cette chapelle,
guidé par ton zèle,
pèlerin fidèle,
viens offrir tes voeux.
Frères, allons prier; la cloche nous appelle.

Les moines entrent dans la chapelle: Balthazar va les suivre mais il aperçoit Fernand qui reste immobile absorbé dans ses pensées. Il s'approche de lui.


SCÈNE DEUXIÈME
Balthazar et Fernand.

BALTHAZAR
Ne vas-tu pas prier avec eux?

FERNAND
Je ne puis.

BALTHAZAR
Aurais-je de ton cour deviné les ennuis?...
Dieu ne te suffit plus.

FERNAND
Vous dites vrai, mon père;
quand je vais par des voeux m'enchaîner sans retour,
je jette malgré moi vers les biens de la terre
un regard de douleur, de regrets et d'amour.

BALTHAZAR
Parle, achève...

FERNAND
A l'autel que saint Jacques protège
et que de pèlerins un peuple immense assiège,
Je priais... j'invoquais le anges radieux.
Quand l'un d'eux tout à coup vint s'offrir à mes yeux
Un ange, une femme inconnue,
à genoux, priait près de moi,
et je me sentais à sa vue
frémir de plaisir et d'effroi.
Ah! Mon père! Qu'elle était belle!
Et contre mon cour sans secours
c'est Dieu que j'implore... et c'est elle,
c'est elle!... que je vois toujours.
Depuis qu'en lui donnant l'eau sainte,
ma main a rencontré sa main,
de ces murs franchissant l'enceinte,
mon cour rêve un autre destin.
A tous mes serments infidèle,
et du ciel cherchant le secours,
c'est Dieu que je prie, et c'est elle
qu'en mon cour je trouve toujours.

BALTHAZAR
Toi, mon fils, ma seule espérance,
l'honneur, le soutien de la foi...
toi qui devais à ma puissance
bientôt succéder après moi!

FERNAND
baissant la tête
Mon père... je l'aime.

BALTHAZAR
avec douleur
Aimer!... Toi!...
sais-tu que devant la tiare
s'abaisse le sceptre des rois?
Que ma main unit ou sépare? Que l'Espagne tremble à ma voix?

FERNAND
Mon père, je l'aime.

BALTHAZAR
Et tu crois
au bonheur que promet une terrestre flamme!
Dis, sais-tu quelle est cette femme
Qui triomphe de ta vertu?
Celle à qui tu donnes ton âme...
Son nom, son rang... les connais-tu?

FERNAND
avec passion
Non... mais je l'aime.

BALTHAZAR
levant les mains au ciel
O ciel! Perdu!
Va-t'en, insensé, téméraire!
Va loin de nous porter tes pas,
et que Dieu, plus que moi sévère,
que Dieu ne te maudisse pas!

FERNAND
Idole si douce et si chère,
ô toi qui vois tous mes combats,
ô toi! Mon seul bien sur la terre,
veille sur moi, guide mes pas.

BALTHAZAR
Balthazar arrête par la main Fernand, prêt à sortir, et lui dit avec émotion
La trahison, la perfidie,
ô mon fils, vont flétrir tes jours;
parmi les écueils de la vie,
comprends les dangers que tu cours!
Peut-être, brisé par l'orage,
tu voudras, pauvre naufragé,
regagner en vain le rivage
et le port qui t'ont protégé.

FERNAND
tombant à genoux
Bénissez-moi, mon père,
Je pars.

BALTHAZAR
Va-t'en, insensé, téméraire!
Vers nous bientôt tu reviendras.
Dans sa justice ou sa colère,
que Dieu ne te maudisse pas!

FERNAND
Idole si douce et si chère!
O toi qui vois tous mes combats,
sois mon seul bien sur cette terre!
Je pars, je pars, guide mes pas.

Fernand sort par la grille du fond, et, de loin, tend les bras à Balthazar, qui détourne la tête en essuyant une larme, et entre dans la chapelle.
 

SCÈNE TROISIÈME
Inez et Jeunes filles.

LES JEUNES FILLES
Rayons dorés, tiède zéphyre,
de fleurs parez ce doux séjour,
heureux rivage qui respire
la paix, le plaisir et l'amour.

INEZ
Nous que protège sa tendresse,
esclaves, par nos soins discrets,
de notre belle maîtresse
sachons payer les bienfaits.
Silence! Silence!
La mer est belle et l'air est doux.
C'est la nacelle qui s'avance;
voyez, là-bas... la voyez-vous?

Les Jeunes filles s'approchent du rivage et regardent dans le lointain.

INEZ et LES JEUNES FILLES
Doux zéphyr, sois lui fidèle,
pour conduire sa nacelle
aux bords où l'amour l'appelle,
à la voile sois léger;
et ravis sur ton passage,
pour embaumer cette plage,
le parfum qui se dégage
du jasmin, de l'oranger.


SCÈNE QUATRIÈME
Les mêmes; Fernand, paraissant sur une barque, entouré de jeunes filles, et portant sur les yeux un voile qu'on lui enlève.

FERNAND
à la jeune fille qui l'aide à descendre de la barque
Gentille messagère et nymphe si discrète,
qui chaque jour protégez dans ces lieux
mon arrivée ou ma retraite,
pourquoi voiler ainsi mes yeux?
les jeunes filles détournent la tête et font signe qu'elles ne peuvent répondre
Toujours même silence!
s'approchant d'Inez
Et pourquoi, je t'en prie,
ta maîtresse si jolie
persiste-t-elle à me cacher son rang, son nom? Quels sont-ils?

INEZ
souriant
Impossible
de le savoir.

FERNAND
Je ne puis t'arracher
ce secret; il est donc terrible?

INEZ
C'est celui de la señora.
Je l'aperçois, elle vous répondra.

Léonor entre et fait signe aux jeunes filles de s'éloigner.


SCÈNE CINQUIÈME
Fernand et Léonor.

LÉONOR
Mon idole! Dieu t'envoie.
Viens, ah! Viens, que je te voie!
Ta présence fait ma joie
et d'ivresse emplit mon cour.

FERNAND
Pour toi des saints autels j'ai brisé l'esclavage.

LÉONOR
Et depuis lors mon pouvoir protecteur
veilla sur tes destins, et sur ce doux rivage
conduisit en secret tes pas...

FERNAND
Pour mon bonheur!

LÉONOR
Pour ta perte peut-être!

FERNAND
Par pitié, fais-moi connaître
quel péril pour nous peut naître;
de ton cour si je suis maître,
quel malheur craindre ici-bas?

LÉONOR
Ah! De mon sort que ne suis-je maîtresse!

FERNAND
Qui donc es-tu?

LÉONOR
Ne le demande pas.

FERNAND
J'obéis... Mais un mot, un seul!... Si ta tendresse
à la mienne répond, partage mon destin
et du pauvre Fernand daigne accepter la main.

LÉONOR
Je le voudrais... Je ne le puis!

FERNAND
Qu'entends-je,
O destinée étrange!
O sort plein de rigueur!

LÉONOR
à part
C'est Dieu... Dieu qui se venge
et qui brise mon cour.
à Fernand, lui montrant un parchemin
Songeant à toi plus qu'à moi-même,
chaque jour je voulais te donner cet écrit...
J'hésitais chaque jour...

FERNAND
Pourquoi?

LÉONOR
N'as-tu pas dit
que pour ton cour l'honneur était le bien suprême?

FERNAND
Je l'ai dit.

LÉONOR
J'assurais par là ton avenir...
Mais il t'ordonne...

FERNAND
Eh! Quoi donc?

LÉONOR
De me fuir.

FERNAND
Jamais!

LÉONOR
Il faut m'oublier et partir.

FERNAND
Que moi je t'oublie!
Ne plus te revoir!
T'aimer, c'est ma vie;
sans toi plus d'espoir
mon cour, qui se brise,
sera froid, mon Dieu!
Avant qu'il te dise
ce fatal adieu.
Maudit sur la terre,
hélas! Sous quels cieux
traîner ma misère?
Où puis-je être heureux?

LÉONOR
Adieu! Pars! Oublie
ton rêve et nos voeux;
l'amour qui nous lie
nous perdrait tous deux.
Mon âme, qui saigne
de mille douleurs,
se brise et dédaigne
la plainte et les pleurs.
Adieu sur la terre!
Et si jusqu'aux cieux
parvient ma prière,
tu dois être heureux!


SCÈNE SIXIÈME
Les mêmes; Inez.

INEZ
accourant toute tremblante
Ah! madame, madame.

LÉONOR
Qu'est-ce donc?

INEZ
C'est le roi!

LÉONOR
O! Ciel!

FERNAND
surpris
Le roi!

LÉONOR
à part
J'ai tressailli d'effroi
jusqu'au fond de mon âme!
à Inez
Je te suis.
à Fernand, lui remettant le parchemin qu'elle lui a montré
Tiens, lis,
et surtout obéis.
Adieu! Pars, oublie
ton rêve et nos voeux;
l'amour qui nous lie
nous perdrait tous deux.
Mon âme, qui saigne
de mille douleurs,
se brise et dédaigne
la plainte et les pleurs.
Adieu sur la terre!
Et si jusqu'aux cieux
parvient ma prière,
tu dois être heureux!

FERNAND
Que moi je t'oublie!
Ne plus te revoir!
T'aimer c'est ma vie;
sans toi plus d'espoir.
Mon cour, qui se brise,
sera froid, mon Dieu!
Avant qu'il te dise
ce fatal adieu.
Maudit sur la terre,
hélas! Sous quels cieux
traîner ma misère?
où puis-je être heureux?

Léonor jette à Fernand un dernier adieu, puis sort avec précipitation.


SCÈNE SEPTIÈME
Fernand et Inez.

 FERNAND
qui a retenu Inez, prête à suivre Léonor
Celui qui vient la chercher...

INEZ
Oh! Silence!
C'est le roi!

FERNAND
Je sais tout: son rang, sa naissance,
la rapprochent du trône... et moi!
Moi, malheureux, obscur et sans gloire...

INEZ
Prudence!

elle lui fait signe de se taire et s'enfuit.


SCÈNE HUITIÈME
Fernand.

FERNAND
seul
Je ne méritais pas son amour et son cour.
il regarde le parchemin que Léonor lui a remis, et pousse un cri de joie
O ciel! Elle veut donc que j'en devienne digne!
Oui... ce titre, ce rang et cet honneur insigne!...
Moi... Fernand! Capitaine! Et par elle, ô bonheur!
Oui, ta voix m'inspire,
et sous ton empire,
un double délire
m'exalte en ce jour;
à toi je me livre,
l'espoir va me suivre,
et mon cour s'enivre
de gloire et d'amour.
Adieu donc, doux rivage,
témoin de mon bonheur!
Bientôt sous votre ombrage
je reviendrai vainqueur.
Oui, ta voix m'inspire,
et sous ton empire,
un double délire
m'exalte en ce jour;
à toi je me livre,
l'espoir va me suivre,
et mon cour s'enivre
de gloire et d'amour.


ACTE DEUXIÈME

Un galerie ouverte, à travers laquelle on aperçoit l'Alcazar et ses jardins.


SCÈNE PREMIÈRE
Le roi et Don Gaspar.

LE ROI
Jardins de l'Alcazar, délices des rois Maures,
que j'aime à promener sous vos vieux sycomores
les rêves amoureux dont s'enivre mon cour!

DON GASPAR
Du vaincu le palais appartien au vainqueur.
Par vous le Christ triomphe, Ismaël fuit et tremble.

LE ROI
Oui, les rois de Maroc et de Grenade ensemble
ont près de Tarifa vu tomber le croissant.

DON GASPAR
À vous la gloire, sire!

LE ROI
Oui, grâce au bras puissant
de Fernand, ce héros qu'un seul jour fit connaître,
qui rallia l'armée et qui sauva son maître...
je l'attends à Séville, et je veux dans ma cour
aux yeux de tous honorer son courage.

DON GASPAR
Du saint-père on annonce un important message.

LE ROI
avec impatience et à part.
De son sceptre sacré le poids devient trop lourd.

Don Gaspar, à qui le roi fait signe de se retirer, s'incline avec respect et sort.


SCÈNE DEUXIÈME
Le Roi.

LE ROI
seul, regardant don Gaspar qui s'éloigne
Oui, tous ces courtisans dévorés par l'envie,
avec Rome formant une ligue ennemie,
ont contre mon amour dans l'ombre conspiré;
mais mois seul, Léonor! Seul je te défendrai.
Léonor! Viens, j'abandonne
dieu, mon peuple avec mon trône;
que ton cour à moi se donne!
Rien par moi n'est regretté,
si pour ciel et pour couronne
il me reste ta beauté.
Léonor! Mon amour brave
l'univers et Dieu pour toi;
à tes pieds, je suis esclave,
mais l'amant se relève roi!
Rien ne peut finir l'ivresse
de mes jours liés aux tiens;
pour toujours, belle maîtresse,
pour toujours tu m'appartiens.
à don Gaspar, qui entre
Pour la fête, préviens
toute ma cour.

Don Gaspar s'incline et sort.


SCÈNE TROISIÈME
Le Roi, Léonor, entrant avec Inez et causant à demi-voix.

LÉONOR
Ainsi donc l'on raconte...

INEZ
Qu'il est vainqueur et glorieux.

LÉONOR
avec joie
Fernand! À lui la gloire!
apercevant le roi
O ciel!
à part
A moi la honte.

Le roi fait signe à Inez de se retirer, puis il s'approche de Léonor.

LE ROI
Léonor! Tristement pourquoi baisser les yeux?

LÉONOR
Me croyez-vous heureuse? justes cieux!
Quand j'ai quitte le château de mon père,
pauvre fille abusée, hélas! sur cette terre
je croyais suivre un époux!...

LE ROI
avec tendresse
Ah! Tais-toi!

LÉONOR
Tu m'as trompée, Alphonse! En ce bois solitaire
dont l'ombre cache mal la maîtresse du roi,
le mépris de ta cour vient encore jusqu'à moi.

LE ROI
Oh! tais-toi, tais-toi!
Dans ce palais règnent pour te séduire
tous les plaisirs; tu marches sur des fleurs;
autour de toi, quand tu vois tout sourire,
ange d'amour, d'où viennent tes douleurs?

LÉONOR
Dans vos palais, ma pauvre âme soupire,
cachant son deuil sous l'or et sous les fleurs;
dieu seul le voit, sous mon triste sourire
mon cour flétri dévore bien des pleurs.

LE ROI
Mais d'où vient donc cette sombre tristesse?

LÉONOR
Vous me le demandez... à moi!
Ah! Loin de votre cour, par pitié, par tendresse,
laissez-moi fuir...

LE ROI
Non, compte sur ton roi
pour réussir, il faut me taire encore,
mais, avant peu, tu sauras, Léonor,
ce que mon cour a médité pour toi.

LÉONOR
Le prince ne peut rien pour moi.

LE ROI
Quoi! Mon amour, stérile flamme,
est sans puissance pour son âme!
Est-il pourtant destin plus beau?
Mais son bonheur semble un fardeau.

LÉONOR
à part
O mon amour! O chaste flamme!
Brûle dans l'ombre de mon âme,
consume-toi comme un flambeau
qui luit en vain dans un tombeau.

LE ROI
Bientôt j'aurai brisé cet hymen qui me lie.

LÉONOR
avec épouvante
Quoi!... La reine...

LE ROI
Pour toi mon cour la répudie.

LÉONOR
Et l'Église!

LE ROI
Qu'importe? Avant peu je promets
de placer sur ton front ma couronne...

LÉONOR
Oh! Jamais!

LE ROI
Je l'ai juré par le sceptre et l'épee.
Quand brillera ma couronne à ton front,
dans cette cour à te perdre occupée
tes ennemis devant toi trembleront.

LÉONOR
Tremblez aussi, car le sceptre et l'épée
sous l'anathème en vos mains périront.
Oui, moi! Régner! La couronne usurpée,
cercle de feu, me brûlerait le front.

LE ROI
Que ta douleur s'arrête!
Viens auprès de ton roi
prendre part à la fête
qu'il ordonna pour toi.


SCÈNE QUATRIÈME
Le roi, Léonor, seigneurs et dames de la cour, pages et gardes.
Les seigneurs et les dames s'avancent vers le roi et s'inclinent.
Le roi conduit Léonor par la main jusqu'aux places où ils s'asseyent pour présider à la fête. Les seigneurs se rangent.
Des jeunes filles espagnoles et des esclaves maures paraissent et forment les danses.
Dans le moment où la fête est le plus animée, Don Gaspar entre avec agitation.



SCÈNE CINQUIÈME
Les mêmes; Don Gaspar.

DON GASPAR
Ah! Sire!

LE ROI
Qu'est-ce donc?

DON GASPAR
à demi-voix
Vous refusiez de croire
d'un fidèle sujet les avertissements...
Celle que vous comblez de fortune et de gloire
trahissait en secret son souverain.

LE ROI
Tu mens!

DON GASPAR
Ce billet qu'un esclave avait remis pour elle
à sa confidente fidèle,
à cette jeune Inez...
il remet une lettre au roi
Sire, avais-je raison?

LE ROI
éloignant d'un geste les courtisans
Ah! Ce n'est pas possible!
à Léonor, lui mettant la lettre sous les yeux
Un autre ose t'écrire...

LÉONOR
reconnaissant l'écriture; à part
O ciel! Fernand! A peine je respire...

LE ROI
Réponds.

LÉONOR
Punissez-moi: je l'aime!

LE ROI
O trahison!
Son nom?

LÉONOR
Je puis mourir, mais non pas vous le dire.

LE ROI
Peut-être les tourments t'y forceront.

LÉONOR
Ah! Sire!


SCÈNE SIXIÈME
Les mêmes; Balthazar, entrant, suivi par un moine qui porte un parchemin auquel pend le sceau papal.
A l'apparition de Balthazar, une grande agitation se manifeste parmi les assistants.


LE ROI
Quel est ce bruit... quel est l'audacieux?

BALTHAZAR
Moi, qui viens t'annoncer la colère des cieux.

LE ROI
Moine, que dites-vous?

BALTHAZAR
Roi de Castille... Alphonse!
Du saint-siège et du ciel j'apporte les décrets;
ne leur résistez plus, ou ma bouche prononce
l'anathème vengeur qui punit les forfaits.

LE ROI
Je sais ce qu'un chrétien doit au chef de l'Eglise;
prêtre, n'oubliez pas ce qu'on doit à son roi.

BALTHAZAR
Vous voulez pour l'objet dont l'amour vous maîtrise
répudier la reine et rompre votre foi.

LE ROI
Je le voulais.

TOUS
O ciel!

LE ROI
Telle était ma pensée.
montrant Léonor
Sur son front la couronne aurait été placée...
quel que soit mon vouloir, je suis maître et seigneur,
et n'ai pour juge ici que moi-même.

BALTHAZAR
Malheur!
Redoutez la fureur
d'un Dieu terrible et sage;
il punit qui l'outrage,
et pardonne au pécheur.
Vous bravez la tempête,
imprudent! Et sans voir
planer sur votre tête
l'ange du désespoir.
Vous tous qui m'écoutez, fuyez cette adultère;
fuyez, car cette femme est maudite de Dieu!

LÉONOR
Juste ciel!

LE ROI
Léonor!

BALTHAZAR
Fuyez !

TOUS
Quittons ce lieu.

LE ROI
avec fureur
Ah! De quel droit?

BALTHAZAR
Au nom du ciel et du saint-père!
Anathème sur eux, si, bravant nos décrets,
demain ils ne sont pas séparés pour jamais!

LE ROI
Ah! Qu'a-t-il dit? Par sa haine insensée
notre puissance est ici menacée!
Et la vengeance en mon âme blessée
sommeillerait quand je commande en roi!
Ah! Que mon spectre en cette main glacée
plutôt se brise et périsse avec moi!

LÉONOR
Ah! qu'a-t-il dit? Quelle horrible pensée!
Comme une infâme et bannie et chassée!
Le ciel ordonne, et mon âme insensée
appelle en vain la vengeance du roi.
Ah! pour cacher ma dépouille glacée,
c'est mon seul voeu, terre ingrate, ouvre-toi!

BALTHAZAR
prenant des mains du moine le parchemin qu'il déroule aux yeux des assistants
Du saint-père voici la bulle!
tout le monde tombe à genoux
Écoutez-moi:
Oui, du Seigneur la clémence est lassée!
Que Jézabel à l'instant soit chassée!
Le ciel ordonne, et cette âme insensée
appelle en vain la vengeance du roi!
Vous, fuyez tous, car la foudre est lancée,
et maudissez ce palais avec moi.

DON GASPAR et TOUTE LA COUR
Le ciel le veut! Sa clémence est lassée!
Que cette femme à l'instant soit chassée!
L'homme de Dieu sur sa tête abaissée
du châtiment fait descendre l'effroi.
Fuyons, fuyons, car la foudre est lancée
et ce palais va crouler sur le roi.

Léonor sorté perdue, se cachant la tête dans les mains.


ACTE TROISIÈME

Une salle de l'Alcazar.


SCÈNE PREMIÈRE
Fernand.

FERNAND
seul, entrant
Me voici donc près d'elle!
Obscur je l'ai quitté et je reviens vainqueur.
Lorsqu'en sa cour le roi m'appelle,
d'amour, plus que d'orgueil, je sens battre mon cour.
Celle que j'aime en ce palais doit être,
je vais la voir, enfin! et la connaître.
apercevant le roi, il se retire modestement
C'est le roi!


SCÈNE DEUXIÈME
Fernand, à l'écart; Le Roi, entrant tout pensif sans le voir; Don Gaspar suivant le roi.

DON GASPAR
De son sort avez-vous décidé?

LE ROI
sans l'écouter, se parlant à lui-même
Aux menaces d'un moine ainsi j'aurai cédé!

DON GASPAR
Le roi se fera-t-il justice?

LE ROI
Que Léonor vienne, et d'Inez, sa complice,
assurez-vous.

Don Gaspar s'incline et sort.

LE ROI
apercevant Fernand
C'est toi, viens, mon libérateur!
Ton roi te doit son salut.

FERNAND
Et l'honneur
m'a bien payé.

LE ROI
De ta vaillance
toi-même ici fixe la récompense;
ma parole de roi te l'assure en ce jour.

FERNAND
Sire! Au fond de mon âme,
pauvre soldat, j'aime une noble dame;
je dois tous mes succès, ma gloire à son amour...
accordez-moi sa main.

LE ROI
Je le veux. Quelle est-elle?

FERNAND
apercevant Léonor qui entre
Ah! Je l'eusse nommée en disant la plus belle!

LE ROI
stupéfait
Léonor!


SCÈNE TROISIÈME
Léonor, le Roi et Fernand.

LÉONOR
frappée de surprise à la vue de Fernand; à part
Fernand!! Grand Dieu!
Devant lui paraître infâme!

LE ROI
froidement
Fernand, de votre amour, madame
vient de me faire ici l'aveu.

LÉONOR
à part
Dans ses regards quel sombre feu!

LE ROI
Pour vous, qui vous taisiez... d'un coupable silence
un autre roi peut-être aurait tiré vengeance...
il s'arrête et reprend plus froidement
Fernand me demandait à l'instant votre main...

LÉONOR
Que dites-vous?

LE ROI
Et moi... moi, votre souverain,
je la lui donne...

LÉONOR et FERNAND
O ciel!

LE ROI
Vous partirez demain.
s'adressant à Léonor avec amertume et tristesse
Pour tant d'amour ne soyez pas ingrate,
lorsqu'il n'aura que vous pour seul bonheur,
quand d'être aimé pour toujours il se flatte,
ne le chassez jamais de votre cour.

LÉONOR et FERNAND
Est-ce une erreur, est-ce un songe qui flatte
l'illusion que caresse mon cour?

LE ROI
Que dans une heure un serment vous enchaîne
à l'autel.

FERNAND
O mon prince, à genoux
laissez-moi vous bénir... tout mon sang est à vous!

LE ROI
bas, à Léonor
Et vos serments pour lui, vous les tiendrez sans peine.
Vous vouliez me tromper en courtisane, et moi...
Léonor, je me venge en roi.

Le roi sort, emmenant Fernand.


SCÈNE QUATRIÈME
Léonor.

LÉONOR
seule et tombant dans un fauteuil
Qui, lui, Fernand, l'époux de Léonor!
L'ai-je bien entendu!
Tout me l'atteste, et mon cour doute encore
de ce bonheur inattendu.
se levant brusquement
Moi, l'épouser! Oh! ce serait infâme!
Moi, lui porter en dot mon déshonneur!
Non, non; dût-il me fuir avec horreur,
Il connaîtra la malheureuse femme
qu'il croit digne de son cour.
O mon Fernand, tous les biens de la terre,
pour être à toi mon cour eût tout donné;
mais mon amour, plus pur que la prière,
au désespoir, hélas! est condamné.
Tu sauras tout, et par toi méprisée,
j'aurai souffert tout ce qu'on peut souffrir.
Si ta justice alors est apaisée,
fais-moi mourir, mon Dieu! Fais-moi mourir!
Venez, cruels! Qui vous arrête?
Mon châtiment descend du ciel.
Venez tous, c'est une fête!
De bouquets parez l'autel.
Qu'une tombe aussi s'apprête!
Et jetez un voile noir
sur la triste fiancée
qui, maudite et repoussée,
sera morte avant ce soir.


SCÈNE CINQUIÈME
Léonor et Inez.

LÉONOR
Inez, viens.

INEZ
Qu'ai-je appris?... Fernand! Il vous épouse?

LÉONOR
Lui m'épouser!... La fortune jalouse
n'avait pas réservé tant de bonheur pour moi.
Qu'il sache tout avant de m'engager sa foi.
Va... dis-lui que je fus la maîtresse du roi...
après un tel aveu, s'il part, s'il m'abandonne,
je ne me plaindrai pas... mais à mon repentir
comme un Dieu s'il pardonne,
le servir à genoux, l'aimer et le bénir,
sera trop peu. Pour lui je suis prête à mourir.
Dis-lui cela... que du moins par moi-même
il sache tout.

elle sort

INEZ
Oui, madame, comptez
sur mon zèle... Je cours sans retard...


SCÈNE SIXIÈME
Inez, Don Gaspar, entrant par la droite avec la Camerera-mayor.

DON GASPAR
à Inez
Arrêtez!
Du roi l'ordre suprême
veut qu'à l'instant je m'assure de vous;
madame, il faut nous suivre.

INEZ
troublée
O ciel, protège-nous.

Don Gaspar conduit Inez jusqu'auprès de la Camerera-mayor, qui l'emmène.


SCÈNE SEPTIÈME
Don Gaspar, toute la cour, puis le Roi et Fernand.

LE CHOEUR
Déjà dans la chapelle
Dont la voûte étincelle,
la voix du prêtre appelle
devant Dieu les époux.
Qu'autour d'eux l'on s'empresse,
et que pour eux sans cesse
brillent gloire et richesse
et le jours les plus doux!

FERNAND
entrant avec le roi
Ah! de tant de bonheur mon âme est enivrée.
Rêve accompli, faveur inespérée!
De ces nobles seigneurs je puis marcher l'égal.

LE ROI
à Fernand
Pour qu'on sache à la cour combien je vous honore,
vous qui m'avez sauvé, vous le vainqueur du Maure,
comte de Zamora... marquis de Montréal!
Fernand fait un geste de surprise
À vous ce titre.
détachant un collier de chevalerie qu'il porte
À vous cet ordre encore.

Fernand met un genou en terre, et le Roi lui passe le collier autour du cou.

DON GASPAR
à voix basse, aux seigneurs qui l'entourent
Qu'en dites-vous, messieurs?

UN SEIGNEUR
de même
Les rois sont généreux.

DON GASPAR
de même
C'est payer en honneurs la honte et l'infamie!

UN SEIGNEUR
de même
Cet hymen est donc vrai?

DON GASPAR
de même
Le prince les marie,
entre eux tout est d'accord, et ce place honteux
doit arrêter les foudres de l'Eglise.
Tenez, c'est Léonor... la nouvelle marquise.

À la vue de Léonor le Roi sort avec douleur.


SCÈNE HUITIÈME
Les mêmes excepte le Roi; Léonor entrant pâle, vêtue de blanc et entourée de quelques dames.

LÉONOR
à part
Je me soutiens à peine! O justice des cieux!
Que me réservez-vous? Il reçut mon message,
par Inez il sait tout... Je n'ai plus de courage.
apercevant Fernand qui la contemple avec amour
O ciel! C'est lui! Vers moi ses yeux
se lèvent sans courroux.

FERNAND
s'approchant de Léonor
L'autel est prêt, madame.

LÉONOR
O mon Dieu!

FERNAND
Vous tremblez.

LÉONOR
Oui, de joie!

DON GASPAR
aux seigneurs qui l'entourent
Ah! L'infâme!

FERNAND
à Léonor
Venez! Appuyez-vous
sur le bras d'un époux.

Fernand sort conduisant Léonor par la main. Les dames et une partie de seigneurs les suivent.


SCÈNE NEUVIÈME
Don Gaspar, et un groupe de Seigneurs.

DON GASPAR
Quel marché de bassesse!

LES SEIGNEURS
C'est trop fort! Par ma foi!

DON GASPAR
Épouser la maîtresse...

LES SEIGNEURS
La maîtresse du roi!

DON GASPAR
Venir de sa province...

LES SEIGNEURS
Sans nom, sans biens acquis.

DON GASPAR
Le roi l'a fait marquis...

LES SEIGNEURS
Messieurs, il sera prince!

DON GASPAR
D'Alcantara lui donner le collier
et des trésors...

LES SEIGNEURS
Un rang, de la puissance...

TOUS
De ses vertus et de sa complaisance
il fallait bien payer l'aventurier.

Les seigneurs sortis avec le cortège reparaissent, les autres vont audevant d'eux et semblent leur demander des détails de la cérémonie.
Le mariage est fait.
Tous les gentilshommes témoignent leur indignation.


TOUS
Ah! Que du moins notre mépris qu'il brave
à son orgueil vient mettre une entrave,
que nul de nous ne cherche sa faveur,
qu'il reste seul avec son déshonneur!


SCÈNE DIXIÈME
Les mêmes; Fernand.

FERNAND
avec ivresse
Pour moi du ciel la faveur se déploie.
Ah! Messeigneurs... Ah! Partagez ma joie!
Soyez témoins de mon bonheur.
Elle est à moi cette femme adorée!
Est-il un bien plus rare... oh! dites?

DON GASPAR et LES SEIGNEURS
froidement
Oui, l'honneur.

FERNAND
L'honneur! Sa noble loi me fut toujours sacrée,
je l'ai reçu pour dot en mon berceau...
Pas un seul de ces biens, aujourd'hui mon partage,
ne vaut cet héritage.

LES SEIGNEURS
Il en est un pourtant qui vous semble plus beau.

FERNAND
Qu'avez-vous dit? De cette injure
j'aurai raison!... Mais non, j'ai mal compris.
Ah! je vous en conjure,
Prouvez-le-moi... Votre main, mes amis!

TOUS
retirant leurs mains
Ce titre... trouvez bon qu'à l'avenir... marquis,
nous ne l'acceptions plus de vous.

FERNAND
Ah! cet outrage,
vous le paîrez.
Il veut du sang.

TOUS
Eh bien, vous en aurez!

FERNAND
Marchons!


SCÈNE ONZIÈME
Les mêmes; Balthazar.

BALTHAZAR
Où courez-vous? De cette aveugle rage
Arrêtez les effets, chrétiens! et tremblez tous.
Du ciel sur cet hymen j'apelle le courroux.

FERNAND
accourant vers Balthazar
Dieu... Balthazar!

BALTHAZAR
le serrant dans ses bras
Fernand!

DON GASPAR
avec ironie
L'époux de Léonor!

BALTHAZAR
se dégageant de ses bras et le repoussant
O ciel!

FERNAND
Qu'ai-je donc fait?

BALTHAZAR
C'est toi qu'on déshonore!

FERNAND
Comment ai- je souillé mon nom? Répondez-moi.

TOUS
En épousant la maîtresse du roi!

FERNAND
atterré
La maîtresse du roi!
éclatant
Quoi! Léonor!... L'enfer brûle ma tête!

BALTHAZAR
Ignorais-tu?

FERNAND
avec une fureur croissante
La maîtresse du roi!
Tout leur sang et le mien!

BALTHAZAR
regardant au dehors
Arrête!
Ils se rendent ici.

FERNAND
C'est bien; je les attends.

BALTHAZAR
Fuis !

FERNAND
Oh! Non, je prétends
me venger.

BALTHAZAR
Que vas-tu faire?

FERNAND
Dieu seul le sait, mon père.

TOUS
Quels regards menaçants!


SCÈNE DOUZIÈME
Les mêmes; le roi, donnant la main à Léonor.

FERNAND
allant au-devant du roi
Sire, je vous dois tout, ma fortune et ma vie;
le titre de marquis... ma nouvelle splendeur...
Des dignités... de l'or... Tous les biens qu'on envie;
mais vous êtes, monseigneur,
payé trop chèrement au prix de mon honneur.

LE ROI
O ciel!... De son âme,
dans sa loyauté,
s'indigne et s'enflamme
la noble fierté.
Ah! L'injuste outrage
qui flétrit son roi
rougit mon visage
de honte et d'effroi!

FERNAND
Péris, pacte infâme
qui m'as trop coûté!
Honneur, noble flamme,
rends-moi ma fierté!
J'affronte l'orage,
je connais mes droits
qui brave l'outrage
peut braver les rois.

LE ROI
Ecoutez-moi, Fernand...

FERNAND
J'ai tout appris, altesse...

LÉONOR
à part
Il ne savait donc pas...

FERNAND
C'est pour une bassesse
qu'on m'a choisi.

LE ROI
avec colère
Marquis!

FERNAND
Ce nom n'est pas le mien
et des présents du roi je ne veux garder rien.
se tournant vers les seigneurs qui l'ont insulté
Messieurs, rendez-moi votre estime...
Du sort, pauvre victime
Je pars, et n'emporte d'ici
que le nom de mon père...

LÉONOR
à part, avec égarement
Inez, où donc est-elle?

DON GASPAR
à voix basse, à Léonor
Inez est prisonnière.

LÉONOR
accablée
Oh! Tout m'est éclairci.

FERNAND
détachant de son cou le collier qu'il a reçu du roi
Ce collier qui paya l'infamie,
je vous le rends.
il tire son épée
Cette épée avilie,
qui de nos ennemis naguère était l'effroi,
je la brise... à vos pieds! Car vous êtes le roi.
Je maudis cette alliance,
je maudis l'indigne offense
que sur moi, pour récompense,
vous jetiez avec de l'or.
Roi! Gardons, vous la puissance,
moi l'honneur, mon seul trésor.

LÉONOR
au roi
Grâce, ô roi! Pour son offense;
sur moi tombe ta vengeance!
à Fernand qui la repousse
Noble cour! De ta souffrance
sur moi pèse le remord;
mais écoute ma défense,
ou bien donne-moi la mort.

LE ROI
Ah! C'est trop de ma clémence
protéger tant d'insolence!
Tremble, ingrat! Car ton offense
fait sur toi planer la mort.
Mais, non... fuis... car ta vengeance
est aussi dans mon remord.

BALTHAZAR
Roi, déjà pour vous commence
du pécheur la chute immense
sur le trône est la souffrance,
sous la pourpre est le remord.
à Fernand
Viens, mon fils, dans sa clémence,
dieu peut seul t'ouvrir un port.

DON GASPAR et LE CHOEUR
Déjà de nôtre insolence
sur nous pèse le remord.
Qu'elle est noble, sa vengeance!
Mais je tremble pour son sort.

Fernand sort, suivi de Balthazar; les seigneurs ouvrent respectueusement leur rangs pour le laisser passer, et s'inclinent devant lui.


ACTE QUATRIÈME

Le cloître du couvent de Saint-Jacques de Compostelle.
A droit, le portique de l'église; en face, une grande croix élevée sur un socle de pierre.
Ça et là des tombes et des croix de bois.



SCÈNE PREMIÈRE
Religieux, Balthazar.

Des religieux sont prosternés au pied de la croix; d'autres, dans l'éloignement, creusent leurs tombes et répètent par intervalles.


LES RELIGIEUX
Frères, creusons l'asile où la douleur s'endort.

Un religieux introduit des pèlerins qui se dirigent vers l'église et s'arrêtent devant le portique où paraît Balthazar.

BALTHAZAR
Les cieux s'emplissent d'étincelles;
vers Dieu montez avec transport,
choeur pur des pénitents fidèles,
assis dans l'ombre de la mort.

Les religieux répètent la prière de Balthazar, puis s'éloignent à travers les arcades du cloître; les pèlerins entrent dans la chapelle.
Un seul religieux est resté debout, immobile.



SCÈNE DEUXIÈME
Balthazar et Fernand

BALTHAZAR
s'approchant de Fernand
Dans un instant, mon frère,
un serment éternel
vous arrache à la terre
pour vous lier au ciel.

FERNAND
Quand j'ai quitté le port pour l'orage du monde,
vous me l'aviez bien dit: "Mon fils, tu reviendras!"
Me voici; je reviens, cherchant la paix profonde
et l'oubli que la mort offre ici dans ses bras.

BALTHAZAR
Du courage, Fernand! lorsque Dieu vous appelle,
ne pensez plus qu'à lui; votre voeu prononcé
entre le monde et vous est un tombeau placé.

Balthazar s'éloigne

FERNAND
Vous me quittez?

BALTHAZAR
Entrez dans la chapelle.
Près d'un novice arrivé cette nuit,
Malade... jeune encor... le devoir me conduit.

FERNAND
levant les yeux au ciel
Jeune aussi!

BALTHAZAR
Pauvre fleur par l'orage abattue.
Qui va mourir, peut-être!

FERNAND
Oh! oui, la douleur tue.

Balthazar va prendre les mains de Fernand, comme pour relever son courage, puis il sort.


SCÈNE TROISIÈME
Fernand, seul.

FERNAND
La maîtresse du roi!... Dans l'abîme creusé,
Sous un piège infernal ma gloire est engloutie,
et de mon triste cour l'espérance est sortie
ainsi que d'un vase brisé.
Ange si pur, que dans un songe
j'ai cru trouver, vous que j'aimais!
Avec l'espoir, triste mensonge,
envolez-vous, et pour jamais!
En moi, pour l'amour d'une femme
de Dieu l'amour avait faibli;
Pitié! je t'ai rendu mon âme,
Pitié! Seigneur, rends-moi l'oubli!
Ange si pur, que dans un songe
j'ai cru trouver, vous que j'aimais!
Avec l'espoir, triste mensonge,
envolez-vous et pour jamais!


SCÈNE QUATRIÈME
Fernand, Balthazar, les Religieux.

BALTHAZAR
Es-tu prêt? viens.

FERNAND
Mon père, à la chapelle
je vous suis.

BALTHAZAR
Viens, mon fils, qu'à toi Dieu se révèle!

Balthazar et Fernand entrent dans la chapelle, les religieux les suivent en silence.
Léonor parait sous l'habit de novice; elle se place devant le porche de l'église, cherchant à distinguer les traits des religieux qui passent.



SCÈNE CINQUIÈME
Léonor, seule.

LÉONOR
Fernand! Fernand! Pourrai-je le trouver?
Ce monastère est-il l'asile qu'il habite?
Sous cette robe sainte, ô mon Dieu que j'irrite,
jusques à lui permets-moi d'arriver.
Par la douleur ma force est épuisée,
je vais mourir... oui! merci de ce don!
Prends mon âme brisée,
Mais qu'au moins de Fernand j'emporte le pardon.

LES RELIGIEUX
dans l'église
Que du Très-Haut la faveur t'accompagne,
voeu du fidèle, adorable tribut!
Entendez-vous du haut de la montagne,
la voix de l'ange annonçant le salut?

LÉONOR
Qu'entends-je? C'est un voeu qui de l'autel s'élève,
une âme que le ciel à cette terre enlève!

FERNAND
dans l'église
Je me consacre à te servir, Seigneur!
Viens, que ta grâce illumine mon cour.

LÉONOR
Cette voix! c'est bien lui! lui! perdu pour la terre.
Ange, remonte au ciel! Je fuis ce cloître austère,
mais... je ne puis, la mort glace mon sang.

elle tombe épuisée au pied de la croix


SCÈNE SIXIÈME
Léonor et Fernand.

FERNAND
sortant de l'église avec agitation
Mes voeux sont prononcés.... Et malgré moi descend,
dans mon âme inquiète,
une terreur secrète...
J'ai fui loin de l'autel.

LÉONOR
essayant de se soulever
Mon Dieu, je souffre... hélas!
J'ai froid.

FERNAND
Qu'entends-je?
regardant autour de lui
Sur la terre
un malheureux!
s'approchant
Relevez-vous, mon frère.

LÉONOR
C'est lui!

FERNAND
reculant avec horreur
Grand Dieu!

LÉONOR
Ne me maudissez pas!

FERNAND
Va-t'en d'ici! de cet asile
tu troublerais la pureté;
laisse la mort froide et tranquille
faire son ouvre en liberté.
Dans son palais ton roi t'appelle
pour te parer de honte et d'or.
Son amour te rendra plus belle,
plus belle et plus infâme encor.

LÉONOR
Jusqu'à ce monastère
en priant j'ai marché... les ronces et la pierre
on meurtri mes genoux.

FERNAND
Vous qui m'avez trompé, de moi qu'espérez-vous?

LÉONOR
D'une erreur sur tous deux la peine, hélas! retombe.
J'ai cru qu'Inez pour moi
vous avait tout appris; dans un pardon j'eus foi.
Croyez-moi! l'on ne ment pas au bord de la tombe.
Mon triste aveu ne put jusqu'à vous parvenir
Fernand... faites-moi grâce à mon dernier soupir.
Fernand! imite la clémence
du ciel à qui tu t'es lié.
Tu vois mes pleurs et ma souffrance,
écoute la pitié.
Pour moi qui traîne ici ma honte,
la terre, hélas! n'a plus de prix;
mais que mon âme au ciel remonte
pure au moins de ton mépris.

FERNAND
Ses pleurs, sa voix jadis si chère,
portent le trouble dans mes sens;
sur ton élu, Seigneur, descends!
Arme son cour par la prière.

LÉONOR
Entends ma voix jadis si chère,
vois quel trouble agite mes sens;
et dans la nuit où je descends
ne repousse pas ma prière!

FERNAND
Adieu! laissez-moi fuir.

LÉONOR
Désarme la colère,
Oh! ne me laisse pas mourir dans l'abandon.
Vois mes pleurs, ma misère...
Un seul mot de pardon!
Par le ciel, par ta mère,
par la mort qui m'attend!

FERNAND
Va-t'en, va-t'en!

LÉONOR
Pitié! je t'en conjure
par l'amour d'autrefois!

FERNAND
Pour la pitié quand elle adjure,
tout mon amour se réveille à sa voix.

LÉONOR
Miséricorde à cette heure suprême,
ou sous tes pieds écrase-moi!

elle se jette à genoux

FERNAND
Ah! Léonor!

LÉONOR
Grâce!

FERNAND
Relève-toi
Dieu te pardonne.

LÉONOR
Et toi?

FERNAND
Je t'aime!
Viens! je cède éperdu
au transport qui m'enivre;
mon amour t'est rendu,
pour t'aimer je veux vivre.
Viens! j'écoute en mon cour
une voix qui me crie:
dans une autre patrie
va cacher ton bonheur.

LÉONOR
C'est mon rêve perdu
qui rayonne et m'enivre!
Son amour m'est rendu,
mon Dieu, laisse-moi vivre!
à Fernand
Abandonne ton cour
a la voix qui te crie:
dans une autre patrie
va chercher le bonheur.

FERNAND
Fuyons ce monastère.

LÉONOR
avec épouvante
O ciel! et ton salut!

on entend le choeur des religieux dans l'église

LES RELIGIEUX
dans l'église
Monte vers Dieu, dégagé de la terre,
voeu du fidèle, adorable tribut.

LÉONOR
Entends-tu leur prière?
C'est Dieu qui t'éclaire.

FERNAND
A toi j'abandonne mon sort.

LÉONOR
Oh! le remords m'assiège,
songe à tes voeux.

FERNAND
Mon amour est plus fort,
Viens! pour te posséder je serai sacrilège.

LÉONOR
défaillant
Non, du ciel la faveur
te retient sur l'abîme...
C'est la main du Sauveur
qui t'épargne ton crime.
Moi, j'accepte mon sort...
Fernand, Dieu me protège...
Sois sauvé du sacrilège,
sois sauvé par ma mort!

FERNAND
Viens, fuyons!

LÉONOR
Je ne puis... ma vie est terminée.

FERNAND
Mon Dieu!

LÉONOR
Mais je meurs pardonnée,
Fernand, je te bénis.
Adieu! dans le tombeau nous serons réunis.

elle meurt

FERNAND
Au secours! au secours!
se penchant sur le corps de Léonor inanimée
C'est ma voix qui t'appelle;
rouvre les yeux, c'est moi.... ton époux! Vain effort!
Au secours! au secours!


SCÈNE SEPTIÈME
Léonor, étendue sur la terre;
Fernand, Balthazar, sortant de l'église suivi par les Religieux.


FERNAND
à Balthazar
Venez, venez... c'est elle!

BALTHAZAR
Silence !
il s'approche de Léonor et rabaisse le capuchon sur ses cheveux déroulés
Elle n'est plus!

FERNAND
Ah!

BALTHAZAR
aux Religieux
Le novice est mort,
priez pour lui, mes frères.

FERNAND
Et vous prîrez demain pour moi.

LES RELIGIEUX
tombant à genoux
Dieu du pardon, que nos prières
portent cette âme jusqu'à toi!

ATTO PRIMO

La scena rappresenta l'estremità d'una delle gallerie laterali del monastero di S. Giacomo. Suona l'Ave Maria.

SCENA PRIMA
I frati traversano la galleria, vengono dietro Baldassarre e Fernando.

CORO
Bell'alba foriera
d'un sole novello,
la nostra preghiera
comincia per te.
Del padre, del duce
sia il viver più bello,
sia sparso di luce
chi lieti ne fe'.
(Compagni a lui l'onor, a lui la gloria.)

tutti entrano meno Baldassarre e Fernando


SCENA SECONDA
Baldassare e Fernando.

BALDASSARRE
Quegli accenti odi tu, Fernando?

FERNANDO
Io l'odo.

BALDASSARRE
Felici son per me, ma tu nol sei?
Non più ami tu il padre!

FERNANDO
Ah ciel! Che parli!
Di questa terra eletto
a reggitor, pel nostro moderato impero
beata la rendesti, io pur contento
m'era al tuo fianco, ma...

BALDASSARRE
Parla, finisci.

FERNANDO
Un novello m'assalse
dolce desio, che di spiegar non oso;
corsi al tempio, alla prece apersi il core
a gloria ed a virtù, ma il vinse amore.

Una vergine, un angiol di Dio
presso all'ara pregava con me,
una speme, una gioia, un desio,
un terrore quest'anima empié.

Ah, mio padre! Rapíami la bella,
fin l'estrema virtude del cor.
Chiedo al cielo conforto, ma quella,
solo quella mi è innante tuttor.

Da quel giorno che insiem le soavi
aure grate con essa spirò,
queste mura a Fernando son gravi
un destin più ridente sognò.

De' miei mali nell'atra procella
un'aita ricerca il mio cor,
ed al cielo mi volgo, ma quella,
solo quella m'è innante tuttor.

BALDASSARRE
E sia vero?... Son desto o vaneggio?
Tu d'onore, tu simbol di fé.
Che, me spento, sull'alto mio seggio
déi sederti e regnare per me!

FERNANDO
Padre, io l'amo!

BALDASSARRE
Deh! taci... oh dolor!
Non sai tu che d'un giusto al cospetto
de' superbi l'orgoglio svanì?
Non sai tu che il furor del mio petto
tutta Iberia, riscosse, atterrì?

FERNANDO
Padre, io l'amo!...

BALDASSARRE
Ah, sventura! Non sai
de' mortali a che tragge l'amor!
Ma rispondi: chi è dessa, la bella
che sì facil trionfa di te?
La sua patria, i congiunti, favella,
il suo nome, il suo rango, qual è?

FERNANDO
Io l'ignoro, nol chiesi mai.
Padre, io l'amo!

BALDASSARRE
Deh! taci... oh terror!
Vanne, dunque, frenetico, insano,
lungi reca l'errante tuo piè;
che del Nume la vindice mano
non ricada tremenda su te!

FERNANDO
Cara luce, soave conforto,
deh, tu veglia propizia su me!
Tu mi salva! tu guidami al porto;
tu sorreggi l'errante mio piè!

BALDASSARRE
afferra la mano di Fernando che avviasi per partire, gli dice con emozione
La perfidia, il tradimento
te, mio figlio, assalirà;
sia tua vita un rio tormento
il dolor con te vivrà.
Forse in grembo al flutto infido
un sospiro udrassi un dì:
sia del naufrago, che il lido
va cercando che fuggì.

FERNANDO
Padre, ti lascio.

BALDASSARRE
E che!

FERNANDO
in ginocchio
Mi benedici

BALDASSARRE
Ohimé!

Fernando esce per la sinistra, tende le braccia a Baldassarre che volge la testa asciugandosi una lagrima e s'allontana.

Ameno sito sulla riva dell'isola di Leone.



SCENA TERZA
Ines e donzelle spagnuole.

CORO
Bei raggi lucenti,
dell'aure beate,
il suolo smaltato
di candidi fior:
di gioie ridenti
fragranza qui spira,
ognor qui s'aggira
la pace, l'amor.

INES
Un genio divino
ci veglia, ci guida,
propizio ne affida
d'un genio il favor.
Al lieto destino
risponda il contento,
ad esso l'accento
sia sacro del cor.

Silenzio !
Puro è il mar, sereno l'aere,
il battel già qui s'avanza,
lo dirige la speranza.
Silenzio!

Un coro di donzelle si avvicina alla sponda e guarda da lungi.

CORO
Dolce zeffiro, il seconda,
lieve spira in sulla vela,
finché il tragga a questa sponda
l'amoroso suo destin:
ed al giunger tuo disvela
questo suolo a far più grato
il sospiro profumato
degli aranci e gelsomin.


SCENA QUARTA
Fernando giunge su di una barca, avendo un velo agli occhi, che gli vien tolto dalle donzelle.

FERNANDO
alla donzella che gli dà la mano
Messaggera gentil, ninfa discreta,
che ognora su queste sponde
il mio venir proteggi, e il mio ritorno,
a che non odo di tua voce il suono?
Ma taciturna sempre! Ah, ti scongiuro!
La tua donna, la mia, persiste ancora
il suo rango a celarmi, il nome? Ah parla!
Chi è dessa?

INES
Vano è il domandar...

FERNANDO
L'arcano
è dunque sì tremendo?

INES
Assai più che nol credi.
vede venir Leonora
Ella vêr noi s'avanza, a lei lo chiedi!

Leonora inoltrasi, e fa segno alle altre di ritirarsi.


SCENA QUINTA
Fernando e Leonora.

LEONORA
Ah mio bene, un Dio t'invia,
vieni, ah vien, ch'io viva in te!
Tu sei gioia all'alma mia,
terra e ciel tu sei per me.

FERNANDO
Lungi da un padre amato,
per te solcata ho l'onda.

LEONORA
Ma da quel dì beato
veglia un pensier su te,
e vêr l'amica sponda
ei ti conduce a me.

FERNANDO
Felice io son?

LEONORA
Più misero
forse di te alcun v'è.

FERNANDO
Per pietade a me disvela
qual periglio qui si cela!
Pel tuo cor, s'è mio l'impero,
vo' la morte ad incontrar.

LEONORA
Ah! che il fato è ognor severo!

FERNANDO
Chi sei tu?

LEONORA
Nol domandar.

FERNANDO
Tacerò, ma pria rispondi
se possente è in te l'amor.
Tuo destin col mio confondi,
sposo tuo mi stringi al cor.

LEONORA
Il vorria... nol posso!

FERNANDO
Oh, smania!
Che mai sento! Oh, mio terror!
Cruda mia sorte orribile
misero appien mi fe'!

LEONORA
Omai d'un nume vindice
piombò la man su me.
Un dì sul mio disegno
lieto sorrise amor,
e in queste cifre un pegno
potea donarti il cor.

FERNANDO
Ebben?

LEONORA
Non hai tu detto
più fiate a me, che onor
entro il tuo petto alberga
primier?

FERNANDO
Lo dissi.

LEONORA
In questo
mostrandogli una carta
certo ti rendo l'avvenir, ma devi
tu qui giurarmi in pria...

FERNANDO
E che?

LEONORA
Fuggirmi...

FERNANDO
Ah, mai!

LEONORA
Vanne e m'oblia!

FERNANDO e LEONORA
Ch'io debba lasciarti
possibil non è...
mi è vita l'amarti,
se' tutto per me.

Pria freddo il cor mio
per morte sarà,
ma dirti l'addio,
ah, mai non potrà.

Compiangermi ognora
il mondo mi de',
ma un vil, chi t'adora,
mel credi non è.

Deh, vanne, deh, parti!
Deh, fuggi da me!
M'è gioia l'amarti,
delitto è per te.

Ah, freddo il cor mio
per morte sarà!
Nel dirti l'addio!
Ma dirtel dovrà.

Compiangere ognora,
il mondo ti de'.
Ma indarno s'implora
pietade di me.


SCENA SESTA
Ines accorrendo tutta tremante e detti.

INES
Ah! Leonora, il re.

LEONORA
Che sento!
Giusti numi!

FERNANDO
sorpreso
Il re !

LEONORA
Oh, spavento!
ad Ines
Io ti seguo.
poi a Fernando dandogli la carta che aveagli mostrato dapprima
Prendi e va':
fuggi.

FERNANDO
Ah! mai.

LEONORA
Gran Dio! Pietà.

Leonora getta a Fernando un ultimo sguardo, poi parte precipitosamente.


SCENA SETTIMA
Fernando che ha ritenuto Ines che era per seguir Leonora.

FERNANDO
E l'uom, che la desia,
è il re?

INES
Sì, è Alfonso, ah, taci.

FERNANDO
È sciolto il velo.
La sua cuna, il suo rango
l'avvicinano al soglio.
Ed io... chi sono?... Sventurato, oscuro,
senza gloria.

INES
Deh! taci.
ella fa segno di tacersi e parte

FERNANDO
Io non mertava
il suo amore, il suo cor.
riguarda la carta datagli da Leonora
Gran Dio! che degno
io ne divenga or vuol... sì, questo rango,
questo titol, e quest'onor sublime!
Or ecco, un solo istante.
Capitano, guerrier, mi scorge, e amante.

Sì, che un tuo solo accento
la voce egli è d'un Dio,
l'amor che in petto io sento,
accende in me il valor.
Ho dolce in cor la speme,
se il tuo campion son io,
che noi vivremo insieme
beati dell'amor.

Ti lascio, o suol diletto cui noto è il mio destin.
Tornare a te prometto cinto d'alloro il crin.



ATTO SECONDO
Galleria dalla quale vedonsi i giardini.

SCENA PRIMA
Alfonso e Don Gasparo.

ALFONSO
Giardini d'Alcazar, de' mauri regi
care delizie, oh, quanto
alla vostr'ombra riandar m'è grato
i dolci sogni dell'amore,
onde s'inebria il cor.

GASPARO
Del vinto il tetto
è premio al vincitor, per te la fede
trionfa, e Ismael fugge e paventa.

ALFONSO
Sì, di Marocco i regi
e di Granata insiem, vider la luna
a Tariffa crollar.

GASPARO
Fu la tua gloria,
signor.

ALFONSO
Fu mia? Non mai.
Fu Fernando, fu quel garzon valente,
che un giorno sol fe' noto,
che rannodò l'armata
salvando il suo signor. Ogg'io l'attendo
a Siviglia e innanzi a tutti
il suo valore d'onorar desio.

GASPARO
Della tua sposa or giunse
sdegnoso il genitor.

ALFONSO
con impazienza
Alcun gli fea
già chiaro il mio pensiero.

Don Gasparo a cui don Alfonso fa cenno di uscire, s'inchina con rispetto e parte.

SCENA SECONDA
Alfonso solo.

ALFONSO
seguendo con lo sguardo Don Gasparo
Ma de' malvagi invan sul capo mio
sventure impreca invida rabbia, invano
contro il mio amor congiurano; di tutti
l'inique trame io scerno.
Per te, mia vita, affronterei l'averno.

Vien, Leonora, a' piedi tuoi
serto e soglio il cor ti pone.
Ah! se amare il re tu puoi,
mai del don si pentirà,
lo splendor delle corone
cede innanzi alla beltà.

De' nemici tuoi lo sdegno
disfidar saprò per te;
se a te cessi e l'alma e il regno,
io per gli altri ancor son re.

De' miei dì compagna io voglio
farti, o bella, innanzi al ciel,
al mio fianco unita in soglio,
al mio fianco nell'avel.
movendo incontro a Don Gasparo, che ritorna, e col quale s'intrattiene
Per la festa previen tutta mia corte.

SCENA TERZA
Leonora discorrendo a voce bassa con Ines, Alfonso e Don Gasparo.

LEONORA
Ebben, così si narra!

INES
Ei prode vincitor.

LEONORA
Egli è Fernando!
A lui la gloria!...
O cielo! a me l'infamia! .
fa cenno ad Ines di ritirarsi e il re s'avvicina a Leonora

ALFONSO
Ah, Leonora, il guardo
perché mesta inclinar?

LEONORA
Lieta tu credi
sia la tua donna teco!... il cor non vedi!
Quando le soglie paterne varcai
debol fanciulla, delusa nel cor,
giunta qui teco, divider sperai
il talamo, offerto di sposa all'amor.

ALFONSO
sommessamente
Taci.

LEONORA
Sì, Alfonso, me traviata, avvilita
m'hai tolto il padre, I'onore, la fé,
tacita e sola, da tutti schernita
tra l'ombre ascosa, la bella è del re.

ALFONSO
In questo suol a lusingar tua cura
regna il piacer, la via sparsa è di fior.
Se intorno a te più bella appar natura,
ahi, donde avvien che tanto è il tuo dolor?

LEONORA
In questo suol s'ammanta la sventura
di gemme, d'oro, e di leggiadri fior,
ma vede il cielo la mortal mia cura;
se ride il labbro, disperato è il cor.

ALFONSO
Ma di tue doglie la cagion primiera?

LEONORA
Ah! taci... indarno tu la chiedi a me,
soffri che lungi da tua corte io pera.

ALFONSO
A ogni uomo è noto l'amor mio per te.
Alfin vedrai, se questo cor t'adora.

LEONORA
È vil Leonora, troppo grande è il re.

ALFONSO
(Ah! l'alto amor che nutro in petto
in lei diviene sterile affetto,
non v'ha destin del suo miglior,
pur grave, oh Dio! le pesa in cor.)

LEONORA
(Ah! l'alto amor che nutro in petto
in me divien soave affetto
ma splende invan, come fulgor,
di tomba, oh Dio, nel muto orror.)

Entrano in questo momento dame, cavalieri, paggi, soldati.

ALFONSO
Poni tregua al martir, siedi regina
della festa che amore a te destina.


SCENA QUARTA
Don Gasparo e detti.

GASPARO
Ah! Sire!

ALFONSO
Che mai fu?

GASPARO
sommessamente
Tua fede intera
al suddito fedele ognor negasti:
ebben, lei che colmasti
di fortuna e di gloria, il suo sovrano
nel segreto tradìa.

ALFONSO
Menti.

GASPARO
Uno schiavo
questo foglio recato avea per essa
ad Ines...
Alfonso legge
il labbro mio non mente.

ALFONSO
allontanando d'un gesto Don Gasparo
No, possibil non è.
volgendosi poi a Leonora
Chi scriverti osa,
e parlarti d'amor?

LEONORA
riconoscendo il carattere
Ah! l'uom che adoro!

ALFONSO
Oh, tradimento! il nome?

LEONORA
Ah! pria la morte
che appagar tal desío.

ALFONSO
Forse i tormenti l'otterranno.

LEONORA
Oh! sire!


SCENA QUINTA
I suddetti. Baldassarre penetra improvvisamente nella galleria seguito da monaci che recano una pergamena. Al suo apparire si manifesta in tutti una grande agitazione.

ALFONSO
Qual tumulto! chi ardisce
inoltrar?

BALDASSARRE
Io son quello, io son che vengo
le tue colpe a impedir.

ALFONSO
Veglio! che parli!

BALDASSARRE
Re di Castiglia, Alfonso, io qui reclamo
in faccia al ciel giustizia.
Ove al dover t'opponi, in questa terra
rivi di sangue scorreran fra poco.

ALFONSO
Rispetto io deggio
della mia sposa al genitor, ma oblio
te mai non prenda che il tuo re son'io.

BALDASSARRE
Tu per la scaltra ed abietta
che del tuo amor s'ammanta, a vil ripudio
dannar vuoi la mia prole?

ALFONSO
Io sì, lo voglio.

TUTTI
Oh cielo!

ALFONSO
È sacro il mio voler; la fronte
ornar della corona
d'altra donna mi piace, e sia qualunque
questa regal mia cura,
giudice all'opre, il re son'io.

BALDASSARRE
Sventura!

Paventa del furor
d'un Dio vendicator.
Su' rei terribil scende
e scudo egli è al tapin:
tu le procelle orrende
affronti, sconsigliato;
ma già l'estremo fato
minaccia il tuo destin.

LEONORE
Io fremo dal terror,
e sovra il mesto cor
l'ira terribil scende
del crudo mio destin.
Tra le procelle orrende
agghiaccia il cor turbato,
e vedo estremo fato
sorger d'appresso alfin.

ALFONSO
Agli atti ed al furor,
che gli arde in mezzo al cor,
fiero il rimorso scende
entro il mio petto alfin:
ma le procelle orrende
non mi vedran cangiato.
Tu trema, sconsigliato,
sul nero tuo destin.

GASPARO e CORO
Io fremo dal terror,
e sovra il mesto cor,
l'ira terribil scende
del barbaro destin.
Tra le procelle orrende
agghiaccia il cor turbato,
e vede estremo fato
sorger d'appresso alfin.

BALDASSARRE
Voi tutti che mi udite,
la coppia rea fuggite,
questa perversa femmina
ha maledetto il ciel.

LEONORA
Oh Dio!

ALFONSO
Leonora! ahi, misera!

LEONORA
M'inghiotta omai l'avel.

CORO
Che mai parlò del ciel!

ALFONSO
E con quai dritti!...

BALDASSARRE
In nome
del pastor sommo, maledetti entrambi,
se doman gl'iniqui e stolti
non sian per sempre separati e sciolti.

ALFONSO
(Ah! che diss'egli? Quel labbro insensato
di rovesciare il mio trono ha tentato;
il petto m'arde tremendo di sdegno;
pur la vendetta non scende del re!
Ah! pria ch'io ceda, perisca il mio regno,
lo scettro, il brando, s'infranga con me.)

LEONORA
(Ah! che diss'egli? Quel petto infiammato
me dalla terra, dal cielo ha scacciato;
muta quest'alma non nutre un disegno,
né la vendetta reclama del re:
amor, vergogna m'invade e disdegno,
morte, deh, scendi propizia su me.)

BALDASSARRE
togliendo una pergamena dalle mani dello scudiero
Lo stemma è questo
del sommo pastor.

Sì, che d'un nume terribile, irato,
difende il braccio d'inerme oltraggiato;
Alfonso, trema, vedrassi nel regno
arder di guerra la face per te;
sacro all'infamia, de' popoli a sdegno,
ricada il sangue, sull'empia, sul re.

GASPARO e CORO
(Ah! che diss'egli? Quel labbro infiammato
face di guerra qui in mezzo ha gittato:
il petto gli arde tremendo di sdegno,
pur la vendetta non scende del re;
sia quest'infame bandita dal regno;
sia maledetto chi asilo le diè!)

INES e CORO di DONNE
(Ah! che diss'egli? Quel labbro infiammato
face di guerra qui in mezzo ha gittato:
il petto gli arde tremendo di sdegno,
pur la vendetta non scende del re;
d'amor le gioie, la speme d'un regno,
donna infelice, già tutto perdé.)

Leonora fugge smarrita celandosi il volto fra le mani.

ATTO TERZO

Gran sala.

SCENA PRIMA
Fernando solo, entrando.

FERNANDO
A lei son presso alfin; partiva ignoto
e riedo vincitor; mentre in sua corte
m'appella il re, d'amor più che d'orgoglio
mi freme in petto il cor: colei che adoro
quivi soggiorna,
a conoscerla alfin l'alma ritorna.
Il re!
avvicinandosi il re, si ritira modestamente


SCENA SECONDA
Alfonso entra pensieroso. Don Gasparo lo segue. Fernando in disparte.

GASPARO
Qual fora di quell'empio il fato?

ALFONSO
senza badargli, favellando tra sé
Ceder dunque dovrò
d'un veglio alle minacce?

GASPARO
Ma il re giustizia
a sé ricusa?

ALFONSO
Leonora inoltri.
Ines, complice sua, prigion rattieni.
Don Gasparo parte
Sei tu
s'avvede di Fernando
mio nume tutelar; ti deve
la sua salvezza il re.

FERNANDO
Contento appieno
mi fe' l'onor.

ALFONSO
De' tuoi sudori, o prode,
tu stesso, il vo', la ricompensa or chiedi.
All'accento del re t'affida e credi.

FERNANDO
Sire, soldato misero
per nobil dama amor m'accende il petto,
e i miei trionfi io deggio
la mia gloria al suo amor. Questa ti chieggo.

ALFONSO
Sia tua, la noma.

Fernando
Ella, signor, s'appella!...
La vedi la più bella!
scorge Leonora che s'inoltra

ALFONSO
stupefatto
Leonora!


SCENA TERZA
Leonora e detti.

LEONORA
sorpresa alla vista di Fernando
Oh ciel, l'amante!
Rea comparirgli innante!

ALFONSO
Ei del suo cor la brama,
ch'ei t'ama, or mi svelò.

LEONORA
(Quel guardo m'agghiacciò!)

ALFONSO
(Potria piombar su te,
poiché il tacer ti alletta,
la collera del re
con l'alta sua vendetta...)
Fernando a te la mano
desia di sposo offrir.

LEONORA
Oh, che di' tu?

ALFONSO
Il sovrano
l'accorda al suo desir.

LEONORA e FERNANDO
Cielo !

ALFONSO
Tu dei partir.
A tanto amor, Leonora, il tuo risponda,
quand'ei felice non vivrà che in te
dolce la speme del suo cor seconda,
ch'ei mai non debba maledir tua fé!

LEONORA e FERNANDO
Se inganno è questo, o sogno, a me s'asconda
luce, che il vero rischiarar mi de'!

ALFONSO
Entro un'ora il sacro rito
sia compito.

FERNANDO
Oh, mio signor
a' tuoi piè col sangue mio
or vogl'io donarti il cor.

ALFONSO
E il tuo giuro?... ei sia serbato.
piano a Leonora
Se ingannato io fui da te,
vendicarsi appien sa il re.
Alfonso parte conducendo Fernando


SCENA QUARTA
Leonora sola, cadendo sopra un sofà.

LEONORA
Dunque fia vero, oh ciel! desso... Fernando!
Lo sposo di Leonora!
Tutto mel dice, e dubbia è l'alma ancora
all'inattesa gioia? Oh Dio! sposarlo?
Oh, mia vergogna estrema! In dote al prode...
recargli il disonor, non mai; dovesse
esecrarmi, fuggir, saprà in brev'ora
qual sia la donna ch'egli tanto adora.

Oh, mio Fernando! della terra il trono
a possederti avria donato il cor,
ma puro l'amor mio come il perdono,
dannato, ahi lassa! è a disperato orror.

Il ver sia noto, e in tuo dispregio estremo
la pena avrommi che maggior si de';
se il giusto tuo disdegno allor sia scemo
piombi gran Dio, la folgor tua su me.

Su, crudeli, e chi v'arresta?
Scritto è in cielo il mio dolor,
su, venite, ella è una festa,
sparsa l'ara sia di fior.

Già la tomba a me s'appresta;
negro vel già mi copri;
ah! la trista fidanzata,
maledetta, disperata,
sarà spenta in questo dì!


SCENA QUINTA
Leonora ed Ines.

LEONORA
Ines !

INES
Fia ver? Fernando a te consorte?

LEONORA
A me! che parli? La crudel fortuna
tanta gioia al mio cor, no, non serbava.
Va di Fernando in traccia,
digli ch'io fui del re l'amante... ah! s'egli
irato m'abbandona,
né un lamento darò; ma se a Dio pari,
generoso perdona,
prostrata ognor servirlo,
amarlo, benedirlo,
sia poco ancor; per lui son presta a morte:
così gli parla; almen ch'ei sappia il vero,
e per me primo il sappia.
parte

INES
Sì, non temere, al zelo mio t'affida,
io corro...


SCENA SESTA
Don Gasparo, Guardie e detta.

GASPARO
Arresta; un cenno
del tuo sovran t'impone
che a me prigion ti rendi.
dessa tu dêi seguir.
accennando la guardia

INES
turbata
Dio, ci difendi.

Don Gasparo consegna Ines alle guardie che la conducono fuori.


SCENA SETTIMA
Tutta la corte e detto, poi Alfonso e Fernando.

CORO
Già nell'augusta cella,
di cui la volta splende,
voce soave appella
gli sposi al sacro altar.

Regni in que' petti eterno
l'amor che sì l'accende,
spanda favor superno
d'ogni dolcezza un mar.

FERNANDO
Ah! che da tanta gioia
inebriato è il cor: sogno avverato!
Insperato favor! Poss'io del pari
ir de' più grandi al fianco.

ALFONSO
A ognun sia noto
quant'io t'onori. O tu che mi salvasti,
tu vincitor de' mauri... di Zamòra
conte e marchese di Montreal...
Fernando fa un atto di sorpresa
Ti eleggo.
Quest'ordin t'abbi ancora.
Si distacca dal collo un ordine di cavalleria e lo pone a quello di Fernando che nel riceverlo pone un ginocchio in terra

GASPARO e CORO
Ebben, che parvi?

CAVALIERE
I re son generosi.

GASPARO
Il prezzo è questo
dell'onta e dell'infamia!

CAVALIERE
Dunque, vero è l'imen?

GASPARO
Suocero e rege
si consigliaro insieme, e il patto indegno
dovrà del veglio rattemprar lo sdegno.

CAVALIERE
Ma vien Leonora.

GASPARO
ironicamente
Oh, la novella illustre!


SCENA OTTAVA
Leonora e detti. Essa è pallida ed è circondata da dame. Alfonso vedendola si allontana con dolore.

LEONORA
Io mi sorreggo appena!...
scorgendo Fernando che la contempla amorosamente
Oh ciel! gli sguardi
senza rancor mi volge!

FERNANDO
avvicinandosi
L'ara è presta, o gentil.

LEONORA
Gran Dio!

FERNANDO
Tu tremi!

LEONORA
Ah! sì, di gioia.

GASPARO e CAVALIERI
(Oh, infame!)

LEONORA
Meco vieni
e d'uno sposo al fianco or ti sostieni.

Fernando sorte conducendo per mano Leonora, le Dame ed una parte de' Cavalieri li seguono.


SCENA NONA
Don Gasparo e Cavalieri.

GASPARO
Oh, viltade, obbrobrio insano.

CAVALIERI
Questo è troppo per mia fé!

GASPARO
Di consorte offrir la mano!...

CAVALIERI
Alla bella del re!

GASPARO
Il montanaro abbietto!

CAVALIERI
Senza fama ed onor!

GASPARO
Marchese: il re l'ha detto...

CAVALIERI
Prence il vedrete or or.

GASPARO
D'Alcantara l'onor a lui fu dato
e dei tesori...

CAVALIERI
Un rango ed un poter!

TUTTI
Di sue virtudi e del suo cor bennato
pagar fu dritto il vago avventurier!

I Cavalieri usciti col corteggio ricompariscono; gli altri riuniti nella sala muovono loro incontro, e sembrano domandare i particolari della cerimonia. Il rito è compiuto. Tutti testimoniano la loro indignazione.

TUTTI
Si tenti almen, se il nostro spregio ei sfida,
che al vile orgoglio, mai la sorte arrida,
che alcun di noi non cerchi il suo favor,
ch'egli abbia sol compagno il disonor!


SCENA DECIMA
Fernando e detti.

FERNANDO
Per me del cielo
si dispiega il favor, ah, la mia gioia
dividete voi pur;
ai Cavalieri
meco esultate
di sì lieto destin; è mia per sempre
questa donna adorata; avvi ad un cuore
ben più raro, mel dite.

GASPARO e CAVALIERI
freddamente
Avvi: I'onore.

FERNANDO
L'onor! sua nobil fiamma
a me fu sacra ognora, e dalla culla
io la toglieva in dote; e tutti i beni
ch'ogg'io posseggo
d'essi son fumo al paro.

GASPARO e CAVALIERI
Un ve n'ha ch'è per te pensier più caro.

FERNANDO
Che diceste? Dell'ingiuria
vo' ragion... no, m'ingannai.
Deh! parlate, ve ne supplico,
qua le destre, amici...

GASPARO e CAVALIERI
ritirando le loro mani
Ah! mai.
E questo nome augusto
in avvenir, marchese,
più non s'udrà per noi.

FERNANDO
Gli atti perversi
sian lavati col sangue.

GASPARO e CAVALIERI
Ebben, si versi.


SCENA UNDICESIMA
Baldassarre e detti.

BALDASSARRE
Dove correte?
Di quel cieco furor gl'impeti stolti
sospendete un istante.

FERNANDO
accorrendo verso Baldassarre
Baldassarre

BALDASSARRE
serrandolo al suo seno
Fernando.

GASPARO
con ironia
Lo sposo di Leonora!

BALDASSARRE
distaccandosi dalle sue braccia e rispondendo
Oh Dio!
Tu sei disonorato!

FERNANDO
Oh come! oh quando
il mio nome macchiai?

GASPARO e CAVALIERI
La destra or dando
alla bella del re.

FERNANDO
atterrato
Alla bella del re!
Che!... Leonora!... l'inferno
arde sul capo mio!...

BALDASSARRE
Tu l'ignoravi?

FERNANDO
con furore crescente
Alla bella del re!

BALDASSARRE
Figlio!

FERNANDO
Il lor sangue
è a me dovuto.

BALDASSARRE
guardando fuori
Arrestati, alcun giunge.

FERNANDO
Ebben, l'attendo.

BALDASSARRE
Fuggi.

FERNANDO
Ah no, vendetta
bramo.

BALDASSARRE
Fernando, ah figlio mio!

FERNANDO
Padre, mi lascia, or in me parla Iddio.

TUTTI
Qual furore in quell'aspetto!
Il re!


SCENA DODICESIMA
Alfonso che dà la mano a Leonora e detti.

FERNANDO
andandogli incontro
Sire, io ti deggio
mia fortuna, mia vita,
di conte il nome, ogni splendor novello,
dovizie, dignità, beni supremi
che l'uom desia: ma tu volesti, oh Dio!
darli al prezzo crudel dell'onor mio!

ALFONSO
Oh ciel! di quell'alma
il puro candor,
perduto ha la calma,
si cangia in furor.

L'oltraggio che scende
sul capo d'un re,
immobil mi rende,
tremante mi fe'!

FERNANDO
Un giuro, dell'alma
m'ha spento il candor,
più rendermi in calma
non puote l'onor;

le pene che intende
rivolger su me,
ricadan tremende
sul capo del re.

LEONORA
Se il ver, di quell'alma
turbava il candor,
perché nella calma
serrommi al suo cor?

Ah! l'ire che intende
rivolger sul re,
crudeli, tremende
ricadan su me.

BALDASSARRE
Un giuro, a quell'alma
già spense il candor,
a renderla in calma
deh! torni l'onor.

L'oltraggio che scende
sul capo del re
immobil lo rende,
tremante lo fe'!

GASPARO e CORO
Oh ciel! di quell'alma
il puro candor,
perduto ha la calma
si cangia in furor.

L'oltraggio che scende
sul capo del re
immobil lo rende,
tremante mi fe'!

ALFONSO
Orsù, Fernando, ascoltami.

FERNANDO
Il tutto è a me svelato.

LEONORA
(Ei non sapea... mio fato!)

FERNANDO
Manto d'infamia a tessermi;
me sol sceglieva il re.

ALFONSO
con collera
Marchese!...

FERNANDO
Io tal non sono:
Ogni pregiato nome
saprà calcar mio piè.
(ai Cavalieri)
Signori; a onor tornatemi;
bersaglio della sorte
io vado incontro a morte,
e il solo nome ognor
avrò del genitor.

LEONORA
a Don Gasparo
(Ines, rispondi, ov'è?)

GASPARO
(Ines! rinchiusa in carcere...)

LEONORA
(Or tutto è noto a me).

FERNANDO
si toglie dal collo l'ordine ricevuto dal re
Quest'ordin venerato,
prezzo d'infamia, io rendo;
il brando profanato,
trae la spada
de' tuoi nemici al ciglio
tanto finor tremendo
io spezzo innanzi a te,
ché dono ei fu del re.

Maledetta è l'ora e il giorno,
che in me cadde un tanto scorno,
che compenso a' miei sudori
mi gittasti infamia ed or;
serba, ah serba, i tuoi tesori,
lascia solo a me l'onor.

LEONORA
al re
Grazia, ah sire! in questo giorno
per noi cadde in tanto scorno;
si volge poi a Fernando che la respinge
nobil alma, i tuoi furori,
sono strali al mio cor;
la vendetta che tu implori,
ben l'avrai, ma m'odi ancor.

ALFONSO
Troppo, ah! troppo in questo giorno
cadde in me d'oltraggio e scorno,
trema, ingrato, i miei furori
tu raddoppi e il mio dolor:
la vendetta che tu implori
nel rimorso è del mio cor.

BALDASSARRE
Maledetta è l'ora e il giorno
che in noi cadde un tanto scorno,
che intrecciato cogli allori
serto fu di disonor,
a Fernando
vieni, o figlio, e a' tuoi furori
renda calma il genitor.

GASPARO e CORO
Su noi cadde in questo giorno
il rimorso e insiem lo scorno;
lo spregiammo, e d'alti onori
degno è assai quel nobil cor;
vanne, o prode, e a' tuoi furori
renda calma il genitor.

Movimento generale, Fernando esce seguito da Baldassarre, i Cavalieri si dividono rispettosamente per lasciarlo passare; e gli s'inchinano innanzi.

ATTO QUARTO

La scena rappresenta la facciata della chiesa di S. Giacomo.


SCENA PRIMA
Monaci e Baldassarre. AIcuni di loro sono prosternati, altri scavano la loro tomba e ripetono ad intervalli.

CORO
Compagni, andiam dove il dolore ha tregua.

BALDASSARRE
Splendon più belle
in ciel le stelle,
ahi! tutto orrendo
in me piombò:

d'un figlio ancora
la voce intendo,
ma l'ultim'ora
per lei suonò.

CORO
Splendon più belle
in ciel le stelle,
angosce orrende
quel cor provò.

D'un figlio ancora
la voce intende,
ma l'ultim'ora
per lei suonò.

Tutti entrano nella cappella meno Baldassarre e Fernando.


SCENA SECONDA
Baldassarre e Fernando.

BALDASSARE
Figlio diletto, al padre
tu sol rimani; dell'iniquo Alfonso
fu vittima infelice
la suora tua.

FERNANDO
Ella in quel tempio or giace,
né più sentir può l'onta
del ripudio crudel; a cui dannolla
l'empio per donna
che in manto ancor più nero
volea coprir l'altro tuo figlio.

BALDASSARE
È vero.
Fernando, in me degli anni
è grave il peso, a te la mia vendetta,
la tua commetto; a eredità di sangue
prepararti degg'io.
Fia men triste nella tomba il cener mio.
incamminandosi

FERNANDO
Mi lasci tu?

BALDASSARE
Nel tempio
vanne, me appella un infelice. In questa
notte giungeva ei qui, misero, infermo,
il mio soccorso ei chiede.

FERNANDO
Giovine ancora?

BALDASSARE
Nell'età più verde:
abbattuto, tremante, estremo fato
minaccia i giorni suoi.

FERNANDO
Ahi! sventurato!
Baldassarre parte


SCENA TERZA
Fernando solo.

FERNANDO
Favorita del re! qual negro abisso,
qual mia trama infernal, la gloria mia
avvolse in un istante,
e ogni speme troncò del core amante!

Spirito gentil ne' sogni miei
brillasti un dì ma ti perdei:
fuggi dal cor, mentita speme,
larve d'amor, fuggite insieme.
Donna sleal, a te d'accanto
del genitor scordava il pianto;
la patria, il ciel; e in tanto amore,
d'onta mortal macchiasti il core.


SCENA QUARTA
Baldassarre, detto e Monaci.

BALDASSARE
Figlio, deh vien!

FERNANDO
Pace alla suora io teco
or pregherò.

BALDASSARE
La prece dell'offeso
ascolterà il Signor.

Tutti entrano nel tempio.


SCENA QUINTA
Leonora sola.

LEONORA
Fernando, ah dove,
dove mai il troverò! Questa è la terra
ch'ei solitario alberga; in queste spoglie,
Dio di pietà, deh! fa' che insino a lui
mi fia dato inoltrar; dal rio dolore
affievolita, io sono
presso a morir. Della mia vita il dono
prendi, gran Dio, ma di Fernando al piede
deh! m'ottieni il perdono.

CORO
entro il tempio
Che fino al ciel la nostra prece ascenda,
sulla tradita che il dolor spegnea.

LEONORA
Che ascolto! una preghiera! il ciel s'invoca
sulla tradita...

CORO
Compagna il tuo favor, Nume, la renda
di quegli eletti che il tuo cor scegliea.

LEONORA
O qual sarà quest'alma
ch'oggi ritorna al cielo!

FERNANDO
di dentro
E l'implacato duol sovra la rea
di sventure cagion ratto discenda.

LEONORA
È desso, è desso!
Ei domanda vendetta! Ah son perduta!
Fuggiam da queste soglie... Oh Dio!... Nol posso...
la morte il cor m'agghiaccia.
cade spossata presso la croce


SCENA SESTA
Fernando che esce dal tempio, e detta.

FERNANDO
Oh suora mia,
per poco m'attendi; il lutto atroce
che sì m'invade, al fianco tuo m'appella,
ma ancor tu giaci inulta.

LEONORA
tentando di rialzarsi
Oh Dio! qual pena.
Ohimè! qual gelo!

FERNANDO
Che ascoltai? Chi veggio!
Un infelice al suol!
si avvicina
Deh, ti rincora.

LEONORA
È desso!

FERNANDO
indietreggiando con orrore
Oh Dio!

LEONORA
Non maledir Leonora.

FERNANDO
Ah! va, t'invola; e questa terra
più non profani il rio tuo piè,
fa' ch'io tranquillo scenda sotterra,
non condannato al par di te.
Nelle sue sale il re t'appella,
d'oro e d'infamia ti coprirà,
al fianco suo sarai più bella,
tuo nome infame ognor sarà.

LEONORA
Infra i ghiacci, le rupi, i sterpi, i sassi,
movendo a ogni uom preghiera, io qui mi trassi.

FERNANDO
O tu, che m'ingannasti,
che pretendi da me?

LEONORA
D'ambo sul capo
un sol error ricade.
Sperai che il nero arcano a te svelato
Ines avesse, e il tuo perdono sperai.
Credimi, non si mente
sull'orlo della tomba; a te, Fernando,
non giunse il messo, e fu celato il vero;
ah! il tuo perdon, solo il perdono io spero

Pietoso al par del Nume,
un nume sii per me;
ahi! che di pianto un fiume
lunge versai da te.
D'onta fatal segnata,
null'altra speme ho in sen,
che di morir beata
del tuo perdono almen.

FERNANDO
A quell'affanno, a quell'accento,
sento, oh Dio! stemprarsi il cor;
a quel sospiro io mi rammento
i primieri dì d'amor.

LEONORA
Al nero affanno il mio tormento,
deh, si plachi il tuo bel cor;
al tuo perdono io mi rammento
i primieri dì d'amor.

Al mio duolo, al mio spavento,
di conforto un solo accento!
Per tuo padre, ah, fia concesso,
per la morte a cui son presso.

FERNANDO
Vanne, vanne.

LEONORA
Pel tuo amore
che beata femmi un dì.

FERNANDO
Giusto cielo! il mio furore
come foglia inaridi.

LEONORA
Tua pietade alfin mi dona
o mi spingi nell'avel.

FERNANDO
Ah! Leonora... Iddio perdona.

LEONORA
E tu?

FERNANDO
Io t'amo sempre più!
Vieni, ah vieni, io m'abbandono
alla gioia che m'inebria,
del mio cor t'è reso il trono,
teco a lato io vo' morir.

Come lampo sorge all'alma
una voce ed un pensiero,
fuggi, ascondi al mondo intero
la tua vita, il tuo gioir.

LEONORA
E fia vero!... io m'abbandono
alla gioia che m'inebria.
Del suo cor m'è reso il trono,
pago appieno è il mio desir.

Ma risponder non sa l'alma
a tua voce, al tuo pensiero,
deh! nascondi al mondo intero
la mia vita, il mio morir.

FERNANDO
Fuggiamo insieme.

LEONORA
Ah taci: è vana speme.
si sente nella Chiesa ripetere il coro religioso
Odi tu quel concento?

FERNANDO
Andiamo.

LEONORA
È il cielo
che ti parla.

FERNANDO
Fuggiamo; in te riposto
mio fato è sol, deh vieni.

LEONORA
A Dio ti volgi.

FERNANDO
Or più forte è l'amor; per possederti
io tutto affronterò, gli uomini e il cielo.

LEONORA
sentendo mancarsi
Ah! del Nume il favor, sul nero abisso
ecco, ti salva, addio, poter supremo
ti risparmia un delitto; ah, di mia sorte
non io mi lagno: Iddio, Fernando, il vuole;
dall'onta oggi io ti lavo
colla mia morte.

FERNANDO
Ah no, fuggiamo.

LEONORA
guardandolo amorosamente
Fernando !

FERNANDO
Ah mia Leonora?

LEONORA
Il fier tormento...
La mia vita è compiuta.

FERNANDO
Oh cielo!

LEONORA
Io muoio
perdonata, Fernando, e son beata!
Un giorno, oltre la tomba
riuniti saremo. Addio!
muore

FERNANDO
Leonora!
Leonora, è la mia voce
che ti richiama, i lumi ancor dischiudi,
son io, son io, tuo sposo; ah tutto è indarno!
Al soccorso, al soccorso!


SCENA ULTIMA
Baldassarre seguito dal Coro e detto.

FERNANDO
Ah padre, è dessa!
Mia Leonora.

BALDASSARRE
si abbassa verso il cadavere e riconoscendola
Oh, chi vegg'io!

FERNANDO
Leonora !

BALDASSARRE
Silenzio, ella è già spenta.
poi si volge verso gli altri
Sul peregrin novello,
le vostre preci: ei più non vive.

FERNANDO
Anch'io
avrò diman la vostra prece.

TUTTI
Oh Dio !

Bitte lesen und beachten Sie die Copyright-Bestimmungen, bevor Sie eine Datei herunterladen!

Klavierauszug

download